« Moins cher et surtout plus écologique » : le sénateur aveyronnais Jean-Claude Luche est allé exposer ses arguments pour défendre les trains de nuit lors d’un débat sur le transport ferroviaire et l’urgence climatique au Sénat le 20 novembre dernier.

« En 63 ans, nous avons perdu une heure ! »

Pour illustrer son propos, le sénateur a parlé de ce qu’il connaissait : le Paris-Rodez… Rappelant que la ligne de nuit Paris-Rodez était la « seule liaison directe terrestre avec Paris » pour les habitants du département, Jean-Claude Luche a insisté sur la nécessité de la maintenir, mais surtout de moderniser « cette ligne en grande souffrance » : « le « tout-TGV » n’a rien laissé aux trains de nuit et ce trajet dure aujourd’hui une heure de plus qu’en 1956 ! ».

« Des wagons de plus de 40 ans »

Un allongement de la durée qui s’accompagne selon lui d’un manque de confort, dans « des wagons qui datent de plus de 40 ans », remplis tout de même à 50 %, malgré « le manque de publicité »

« Il faut réinvestir ! »

Estimant que le train de nuit est un moyen de transport qui bénéficie d’un regain d’intérêt parmi les voyageurs, notamment pour son avantage écologique, le sénateur aveyronnais a appelé le Secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, à « réinvestir » pour son développement et sa modernisation : « la demande est là mais l’offre est inadaptée ».

Prenant l’exemple de pays comme l’Autriche et la Suède, Jean-Claude Luche souhaite que la France puisse même créer de nouvelles lignes…

« Par leurs pratiques et par leur attachement au train de nuit, il semblerait que les aveyronnais faisaient de l’écologie, avant la prise de conscience de l’urgence climatique qui est aujourd’hui d’actualité » a conclu le Sénateur, après avoir rappelé la disparition des deux autres lignes du département, Millau-Paris et Villefranche-Paris…

Pour visionner en intégralité le plaidoyer de Jean-Claude Luche : https://www.facebook.com/jeanclaude.luche/videos/789846091437157/