Onet-le-Château invite un millier de seniors au restaurant

Les personnes de plus de 70 ans sont invitées à déjeuner à l'Hostellerie de Fontanges. DR

« On est obligé de le faire sur six jours pour contenter tout le monde » explique Hélène Lossignol, directrice du CCAS. A Onet-le-Château, le repas des aînés est un moment particulier. Très attendu aussi, si l’on en croit le nombre d’inscrits…

25 000 euros de budget

Depuis ce lundi 18 novembre, l’Hostellerie de Fontanges accueille une clientèle inhabituelle : les seniors castonétois. Sur deux semaines, et six repas (les lundis, mardis et jeudis), ce sont plus d’un millier de personnes qui vont venir déjeuner au fameux restaurant aveyronnais. Un événement un peu spécial qu’il a fallu organiser par vagues de 190 convives.

« Pour certains d’entre eux, c’est la seule fois de l’année où ils vont au restaurant »

« On tient à le faire dans un restaurant de la commune, mais aucun n’a évidemment la capacité d’accueillir tout le monde en une seule fois » précise Dominique Bec, Adjointe à la Vie Sociale, « avant on l’organisait en alternance avec le Bowling, mais depuis trois ans, c’est à Fontanges ». Et ce n’est pas pour déplaire à ces convives, qui profitent d’un véritable repas de fête, avec animation musicale à la clef.

Réservé aux plus de 70 ans, ce moment de partage est entièrement pris en charge par la commune, qui débourse 25 000 euros pour offrir ce moment à ses aînés : « on organise aussi un service de ramassage en minibus pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer. L’idée est de ne laisser personne sur le bord du chemin » souligne l’élue.

Un nouveau visage au service des plus isolés

Céline (à gauche) a été choisie par Dominique Bec et Lossignol pour être la nouvelle adlute-relais au service des castonétois les plus isolés. @ADN12

Depuis trois ans, la municipalité a décidé d’engager une adulte-relais pour les personnes âgées les plus isolées. Destinée au départ aux plus de 75 ans, elle intervient désormais aussi auprès de personnes de 60 ans.

« On se rend compte que certains s’isolent très vite à la retraite, notamment faute de pouvoir compter sur une famille sur place »

 

Ces trois dernières années, c’est donc Marie-Charlotte, au sein du CCAS qui a fait tout un travail de repérage pour connaître les besoins de ces habitants, et leur proposer des solutions pour rompre l’isolement au travers d’activités et d’animations…

Des sorties culturelles, jeux de société, goûters à thèmes et autres ateliers sportifs qui ont peu à peu trouvé leur public…

« L’objectif premier est de créer du lien. On ne peut évidemment pas forcer les personnes à participer mais on se rend compte qu’en proposant certaines activités, les choses se font naturellement »

 

Une mission qui permet évidemment aussi de repérer les cas problématiques et de les orienter vers les services sociaux les plus adaptés. « Nous sommes en veille » indique Hélène Lossignol, qui explique avoir déjà signalé des difficultés dans certains quartiers :

« Dans l’avenue des Rosiers par exemple, il y a ces maisons « petit train » construites dans les années 60, avec des escaliers à l’intérieur et à l’extérieur… et bien certaines personnes qui y habitent aujourd’hui ne sont plus en capacité physique de sortir de chez elles ! »

 

C’est pour pallier à ce genre de problématiques que le CCAS vient d’accueillir la nouvelle adulte-relais qui prend la suite de Marie-Charlotte : Céline, qui prend ses marques depuis un mois et rend visite aux personnes les plus isolées, avec le sourire et l’envie d’aider…