Rodez. A la découverte du Yoga avec Patricia Girard

©Studio_Pilates_&_Yoga_Rodez

En 2019, le yoga compte 300 millions de pratiquants dans le monde et 2,5 millions en France. Sur le ruthénois, ce sont plus de 15 enseignants en activité. Parmi eux, Patricia Girard a bien voulu se prêter au jeu des questions réponses pour nous éclairer sur cette discipline qui séduit. Elle enseigne à Rodez, Luc-La-Primaube et aux étudiants en Staps à l’université Champollion.

Depuis quand enseignez-vous le yoga ?

J’enseigne cette discipline depuis bientôt six ans. Je suis au départ professeur d’éducation physique, j’ai enseigné pendant 25 ans dans des collèges et à l’université. J’ai suivi pendant quatre ans une formation pour devenir professeur de yoga à l’institut français de yoga. Je continue chaque année à suivre des stages dans d’autres cadres pour approfondir ma pratique et mes connaissances en méditation, en yoga Iyengar (un yoga très précis au niveau postural) et en Ashtanga yoga (un yoga très dynamique, basé sur la coordination souffle/ mouvement). J’ai également obtenu une qualification complémentaire en yoga pré et post natal à l’institut De Gasquet à Paris.

« Unifier le corps et l’esprit »

Pourquoi avoir choisi le Yoga ?

Je crois que c’est le yoga qui m’a choisie (rires). En tant que professeur d’éducation physique, ma spécialité était la danse et depuis très jeune j’ai très vite eu le sentiment que le corps était un formidable terrain d’expression, d’expérience et de découverte de soi, en tout cas que c’était ce qui me parlait le plus . Quand une amie m’a « traînée  » dans un cours de yoga, j’ai tout de suite compris qu’il se jouait quelque chose d’essentiel dans cette discipline pour moi, je me suis alors inscrite au cours et depuis je pratique presque tous les jours, sans abandonner pour autant la danse.

Comment le définiriez vous ?

C’est une pratique corporelle par laquelle on prend contact avec soi, on unifie le corps et le mental, on sent, on ressent la vie en soi,  dans chaque cellule. Le souffle a une place centrale : il insuffle la vie aux différentes parties du corps, il permet de calmer le mental, de réguler les émotions, d’harmoniser les différentes fonctions. Le yoga est un art qui nous transforme en profondeur.

Que viennent chercher les personnes au yoga ?

Il y a plusieurs motivations, certains cherchent une activité de bien-être, de détente, une pause dans leur semaine, d’autres cherchent à prévenir voire soigner leurs maux de dos. Aujourd’hui un grand nombre de personnes en sur-activité viennent chercher des outils  contre le stress. C’est un moyen d’entretenir de façon équilibré le corps, retrouver une force intérieure, une fluidité… Souvent les pratiquants trouvent beaucoup plus qu’ils ne viennent chercher avec une nouvelle façon d’appréhender la vie mais aussi plus d’attention à soi et aux autres.

Quel est le coût d’une séance, d’une année ?

Il faut compter 10 € pour une séance d’une heure, et entre 250 et 300 euros à l’année.

« De plus en plus de jeunes et d’hommes viennent au yoga »

Existe-t’il des contre-indications à la pratique du yoga ?

Tout le monde peut faire du yoga, il suffit de trouver un cours adapté à son âge et à son potentiel. Il existe du yoga pour enfant, du yoga doux, du yoga dynamique, du yoga pour femme enceinte, pour personne à mobilité réduite, pour les personnes atteintes du cancer… il existe du yoga en prison, dans les centres psychiatriques… Bref, le yoga s’adapte à tous les publics, à toutes les problématiques. Il faut trouver le cours qui vous correspond. Actuellement, le public a tendance à se rajeunir et à se masculiniser.

Quelles sont les qualités d’un bon enseignant de yoga pour vous ?

Il faut connaitre le corps de façon subtile : comprendre ses mécanismes, son fonctionnement, la relation entre la biomécanique, l’organique, le physiologique et le mental… L’observation, l’esprit d’ouverture, la capacité à se remettre en cause et à se questionner constamment, sont aussi très importants. Trop de professeurs sont beaucoup trop sûrs d’eux, et ont une attitude dogmatique qui me parait maladroite.

Comment se déroule une séance type ?

Pour une séance type, nous avons un premier temps de recentrement, de retour à soi. On échauffe le corps de façon générale et je propose une série de postures autour d’un thème. Ensuite je réserve une place aux postures inversées (le cœur au dessus de la tête), pour inverser la circulation sanguine : ce sont les postures reines du yoga. Puis on réalise une ou deux postures pour se détendre, un travail de respiration (le pranayama) et pour finir un temps de méditation. Il y a beaucoup de choses, c’est pourquoi je préfère les séances d’une heure trente. En une heure je suis obligée de faire des choix.

Que diriez-vous à une personne qui hésite à pratiquer le yoga ?

Qu’elle essaie plusieurs cours, plusieurs enseignants pour ressentir le type de pratique qui lui va le mieux et qu’elle dépasse ses représentations souvent erronées du style, « je ne suis pas souple, c’est pas pour moi » c’est une idée fausse ! Le but n’est pas la souplesse mais le travail sur les tensions, alors le corps se délie, la souplesse devient alors une conséquence. D’autres pensent à tort qu’elles ont besoin de quelque chose qui bouge, qu’elles viennent au cours d’Ashtanga  (yoga très dynamique) et on en reparlera…

Ça vous arrive justement de faire changer les a priori ?

L’an dernier je faisais une séance de yoga au centre de loisirs de La Primaube. Il faisait très chaud, c’était l’été. J’arrive à deux heures et tout un groupe de garçons de 10 ans à peu près, était en train de jouer au foot. Inutile de vous décrire leur réaction quand l’animateur leur a dit , « bon on range les ballons, il y a yoga maintenant « … Je fais ma séance à l’ombre d’un arbre, tout se passe vraiment bien. Je range le matériel et dis au revoir aux enfants, l’un des garçons cours vers moi et me dis « toi, tu mérites un bisou » et il m’embrasse. C’est un très beau souvenir !