Municipales. Rodez Citoyen dévoile sa « charte des valeurs »

Des représentants du collectif Rodez Citoyen étaient rassemblés vendredi soir pour présenter à la presse leur charte des valeurs et leur charte éthique.

Quelques membres du collectif : Alexandra Dubois, Leïla Arfoutni, Éléonore Echene, Mathieu Lebrun, Patrick Vedel, Marion Bérardi et Alexis César. ©ADN12

Le Collectif Citoyen du Grand Rodez fait durer le suspens en se dévoilant petit à petit. Programme, représentants, tête de liste… c’est prévu, les informations sortiront au fur et à mesure, toutes les semaines. « On colle à l’actualité de notre travail. C’est comme la construction d’une fusée : on commence par le socle fondateur de ce que nous sommes et serons : la charte. Le reste viendra peu à peu…» s’amuse Mathieu Lebrun, conseiller municipal à la mairie de Rodez au nom du collectif.

La charte des valeurs et la charte éthique

Consultable en ligne d’ici quelques jours, la charte des valeurs a pour grandes orientations :

  • le respect (des personnes et du cadre de vie avec une volonté écologique)
  • la souveraineté du citoyen (la parole doit être donnée aux citoyens)
  • la solidarité (équité, combattre les injustices sociales et préserver les services publics)
  • le partage (mixité sociale)

La charte éthique, elle, sera également consultable en ligne sur le site du collectif et ses grandes valeurs sont :

  • une bonne pratique et des actions concrètes : tout membre du collectif s’engage à respecter la charte des valeurs, à signer la charte Anticor (contre la corruption) et à une transparence des décisions politiques et des données.
  • un travail en équipe avec une limitation des pouvoirs du maire par le conseil municipal ainsi que des formations, aussi bien pour les élus que pour les agents municipaux.
  • un contrôle des actions municipales avec la création d’une commission éthique indépendante d’élus non majoritaires et de citoyens afin de prévenir les conflits d’intérêts et le lobbying.
  • des élus respectueux et disponibles avec une présence sur le terrain, pas plus de deux mandats consécutifs et un salaire plafonné.
  • l’indépendance de la presse.

« Ces chartes fondent l’identité du collectif et toute personne de tout parti susceptible de se retrouver derrière les valeurs de la charte sont les bienvenues. »

Marion Bérardi

Un programme qui manque encore de concret

Ces chartes sont destinées à montrer une véritable volonté d’éthique politique et de transparence de la part du collectif, comme pour apaiser les craintes d’une population de plus en plus méfiante à l’égard des classes politiques, même à un niveau aussi proche des électeurs que celui des municipales. Mais sans programme, sans liste constituée ni tête de liste, il leur reste du pain sur la planche.

« Le programme n’est pas finalisé, nous préférons d’abord rencontrer les gens et faire un travail collectif avec les citoyens, comme ce que nous faisons depuis six ans »

Éléonore Echene

Les rencontres sur le marché du samedi sur le thème « Que feriez-vous si vous étiez maire de Rodez ? » vont donc continuer. Pour le moment, une seule annonce concrète : la volonté de mettre le citoyen au cœur des décisions, notamment via la création d’espaces définis où les citoyens pourraient être co-auteurs des politiques de leur ville. Affaire à suivre… la semaine prochaine donc.