Ça bouillonne en Aveyron. Après la manifestation des travailleurs sociaux le 8 novembre et celle des agents des finances publiques, c’est au tour des travailleurs de la santé de faire le pied de grue devant la Préfecture de l’Aveyron ce jeudi 14 novembre pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail mais aussi contre le vote des parlementaires en faveur du Projet de loi de financement de la sécurité sociale 2020 qui annonce une hausse de 2,1% pour l’hôpital, soit 1,6 milliard d’euros supplémentaires, ce que les syndicats, qui réclament 5%, estiment insuffisant.

D’après les représentants de l’USD CGT Santé Action Sociale, ce vote « obligera la santé à encore faire l’équivalent de 4.2 milliards d’économie, ce qui veut dire des fermetures de lits et de services, une prolongation du gel des salaires, toujours moins de remplacement des absences, et moins d’embauche de personnels, des effectifs réduits partout, un management toujours aussi imbuvable, etc.. »

En bloc soudé contre la déshumanisation de leur métier

Les infirmiers et anesthésistes du bloc opératoire étaient aussi présents en nombre pour dénoncer un manque de moyens humains et une obligation à la rentabilité. Thierry, infirmier anesthésiste en bloc opératoire depuis 15 ans, le confirme : « il y a un réel mal-être chez le personnel médical, c’est surtout dû au fait d’être obligé de faire du chiffre et d’être rentable. On fait 13 500 opérations par an, ce qui nous fait environ 40 patients par jour, on est en flux tendu mais toutes les opérations ne sont pas rentables, en même temps c’est le principe de l’hôpital. »

« Les actes programmés comme une opération de la hanche, c’est rentable. Mais on doit aussi gérer des urgences, des personnes en fin de vie, c’est le travail de l’hôpital d’accueillir tout le monde. »

Beaucoup de problèmes sont évoqués, dont la multiplication des démarches administratives, qui oblige l’hôpital à engager du personnel administratif et non des soignants. « À Rodez, on est 1650 employés dans l’hôpital et à peine 800 agents de santé, il y a un problème non ? » demande Thierry. Évoqué aussi, le manque d’attractivité du travail à l’hôpital, qui rend les nouveaux recrutements compliqués « Un jeune médecin est trois fois mieux payé en libéral, et sans s’embêter avec des heures de gardes de nuit ou d’urgence. Pourquoi voudriez-vous qu’il vienne travailler en hôpital ? Ce qui oblige l’administration à embaucher des intérimaires qui sont payés à la tâche, beaucoup plus cher qu’un salarié de l’hôpital et qui n’a en plus pas à s’occuper du suivi du patient » témoigne Danielle, infirmière anesthésiste depuis 25 ans.

Les infirmiers, anesthésistes et membres du bloc opératoire de l’hôpital de Rodez ont fait savoir leur ras-le-bol. ©ADN12

Quelque chose de pourri au royaume de la santé

Si le mouvement de grève du personnel de la santé est national, c’est l’hôpital Sainte-Marie qui l’a lancé en Aveyron pour dénoncer un manque de lits en psychiatrie.

La dégradation des conditions de travail pour ces professionnels de la santé se ressent, d’après eux, depuis quelques années, et le projet de loi de finance 2020 voté récemment à l’Assemblée et pour lequel les députés LREM Anne Blanc et Stéphane Mazart ont voté pour (contrairement au représentant LR Arnaud Viala) a fini de mettre le feu aux poudres. Une délégation a été reçue ce jeudi par le directeur du cabinet de la préfète Pierre Bressolles pour faire remonter les mécontentements aux oreilles de l’État. La ministre de la santé Agnès Buzyn doit officiellement annoncer dans les prochains jours un plan pour l’hôpital. Mais l’intersyndicale CGT, CFECGC, FO et UNSA annonce de son côté que les syndicats sont en train de préparer la grosse journée de grève du 5 décembre « où on parlera santé, retraite, écoles, moyens… des actions sont prévues et je peux vous garantir qu’il y aura du monde en bloc ! » promet Pascal Mazet, aide-soignant au centre hospitalier de Decazeville et secrétaire général de l’Union départementale CGT de la santé et de l’action sociale pour l’Aveyron.

Côté Aveyron, une manifestation est prévue à Rodez jeudi 5 décembre place des Ruthènes à 14h.