L’Association pour la Défense de l’Environnement du Bassin et de ses Alentours (ADEBA) poursuit son opposition au projet de centre de traitement et de stockage de déchets de SOLENA, à Viviez. Elle organise un rassemblement contre le projet et ses conséquences pour l’avenir du Bassin ce samedi 16 novembre à 10 h, place Jean Jaurès à Aubin.

Pour peser sur l’enquête publique

Une date qui n’a pas été choisie par hasard puisque se tiendra ce samedi à Aubin la permanence de la commission d’enquête publique, chargée d’étudier le projet et d’émettre  un avis, notamment sur les conséquences environnementales induites.

L’ADEBA appelle donc un maximum de citoyens concernés par la zone impactée par le projet SOLENA :

« toutes les personnes qui considèrent que ce projet est néfaste pour leur santé, leurs biens et l’avenir de notre territoire, doivent venir se mobiliser à Aubin à cette occasion »

 

Michel Delbosc, co-président de l’association ADEBA, espère que la mobilisation sera conséquente : « il s’agit de la dernière opportunité de mobiliser le maximum de personnes pour avoir un impact sur l’enquête publique de la préfecture ». Enquête publique qui se termine le 19 novembre…

« La majorité de la population est contre ! »

« Beaucoup de personnes sont en colère en raison de l’absence de concertation, en particulier de la part des collectivités locales » poursuit Michel Delbosc, rejoint par son camarade Jean-Louis Calmette, qui assure que la population est majoritairement contre ce projet : « depuis le début de l’enquête publique, sur le registre numérique, 200 contributions de citoyens apparaissent, dont la majorité sont opposées au projet Solena ».

Pour les membres d’ADEBA, il faut garder en mémoire que le projet de « SOLENA n’apporte rien de nouveau, à part des promesses mais aucune valorisation réelle du territoire ».

Cette journée de mobilisation se poursuivra avec une randonnée autour de l’igue du Mas l’après-midi, sous réserve d’une météo favorable.

Des panneaux qui disparaissent…

Non à SOLENA, oui, à VIVIEZ … sans les ordures. ©ADN12

Les affiches, les panneaux et les slogans qui fleurissent dans les rues du Bassin marquent en tout cas la détermination des citoyens à lutter contre ce projet.

Pourtant depuis quelques jours, les militants de l’ADEBA ont la mauvaise surprise de constater que leurs panneaux  sont « systématiquement enlevés ». Des actes incompréhensibles pour Jean Louis Calmettes, membre du bureau de l’association : « ces supports ne dégradent pas l’environnement. Il s’agit donc d’un problème de démocratie… » lance-t’il, lourd de sous-entendus…