Aveyron. Les agents des finances publiques, toujours là pour défendre leurs postes

Ce jeudi matin, c'est une vingtaine de courageux agents de tout l'Aveyron qui s'étaient donnés rendez-vous sous la neige, puis la pluie pour manifester leur colère devant la Direction Départementale des Finances Publiques.

Les manifestations de septembre dernier n’ont rien donné, alors les agents des finances publiques sont redescendus dans la rue. En cause : toujours le regroupement des services prévu par le gouvernement qui va entraîner la suppression de 60 à 80 emplois sur trois ans dans tout l’Aveyron, mais aussi une baisse du niveau des services publiques pour les citoyens comme pour les élus, qui n’auront plus de professionnels de la finance à leurs côtés pour les aiguiller.

« Il y a cinq ans, on comptait 27 trésoreries en Aveyron, aujourd’hui on en compte plus que 19 et elles sont aujourd’hui menacées ! »

Ludovic Delclos, agent et syndiqué Solidaires Finances Publiques.

Et la promesse de remplacer ces trésoreries par des Maisons France Service ne rassure pas les agents, qui y voient une baisse à venir de la qualité du service publique. « Les personnes dans ces maisons seront là pour orienter les gens vers les services restants à Rodez ou à Millau, et pour leur dire d’aller faire leurs démarches sur Internet. »

Rendez-vous et privatisation des services

D’autant que les choses vont aussi changer pour les Directions Départementales « Pour celles qui vont rester, on ne pourra les consulter que sur rendez-vous. À Rodez, on reçoit parfois autour de 300 personnes par jour, comment voulez-vous recevoir autant de monde en rendez-vous ? » D’autant qu’avec l’arrivée du prélèvement de l’impôt à la source, c’est toute l’année que les gens viennent faire la queue pour demander des précisions. « Comme les contribuables ne reçoivent plus la feuille explicative, ils ont peur de se tromper et ils viennent vérifier que tout est juste. »

Toujours un motif d’inquiétude, la privatisation de certains services qui leur étaient dédiés : « Toutes les factures de moins de 300€ ne pourront plus être réglées chez nous, et tout le monde est touché : les particuliers comme les municipalités et les collectivités. Il faudra aller chez son buraliste ou au bureau de poste, là encore avec des personnes non qualifiées et non tenues au secret professionnel ! Qui a envie que son facteur voit ses fiches de paye ? »

« Nous sommes en lutte pour garder nos emplois et pour empêcher la dégradation du service public. »

Ils étaient donc une vingtaine ce jeudi matin pour remettre plusieurs pétitions venues de partout en Aveyron et signées par des agents et par des contribuables, pour protester contre ces mesures. « Elles vont partir directement à Bercy ! » annonce Ludovic. Un comité technique local doit se réunir lundi 18 novembre et la question sera évoquée. « Ça permettra de sauver quelques sites en Aveyron, on a déjà sauvé le service des impôts de Villefranche qui devait fermer. Les gens ont besoin d’avoir quelqu’un en face d’eux, surtout en Aveyron qui est un territoire rural. On ne peut pas leur enlever ça.»