Rodez. Des ambassadeurs contre le harcèlement scolaire à Jean Moulin

Dans le cadre de la Journée Nationale contre le Harcèlement (7 novembre), le collège Jean Moulin de Rodez a organisé un moment de réflexions, d'échanges et de travail sur le harcèlement scolaire...

Tatiana, Vincent, Maxent sont les ambassadeurs de leur collège. @ADN12

Objectif : prévenir les risques de harcèlement au sein de l’établissement Jean Moulin. Pour cela, tout un groupe s’est investi autour de Christine Arrouze, principale du collège. Des « ambassadeurs » ont été formés à reconnaître le harcèlement et à le combattre, et des ateliers-débats pour les classes de quatrièmes ont donné lieu a des échanges et des réflexions sur cette problématique.

Repérer les situations de harcèlement

34 élèves ont été formés à la fonction d’ambassadeur : ils seront chargés de faire de la prévention et du repérage pour éviter ce type de situation. Ils réaliseront une affiche, une vidéo et un logo personnalisé qui définiront la volonté affichée de contribuer à ne pas harceler et à le repérer. Tatiana, Maxent et Vincent font partie de ces nouveaux ambassadeurs au collège et ils ont à cœur d’honorer leur mission :

« Nous devons aider, repérer et tendre la main aux élèves qui sont victimes de harcèlement » 

 

Tous les trois ont confié « leur fierté de pouvoir participer à cette lutte ». Ils participeront au concours « Non au harcèlement » (NAH) pour montrer leur investissement au niveau local.

La principale du collège Jean Moulin s’est personnellement investie avec les élèves lors des ateliers. @ADN12

Les réseaux sociaux, vecteurs de harcèlement

Parmi les pistes de réflexion proposées aux élèves de quatrième, des ateliers intitulés « liker peut blesser », « qu’est ce que le harcèlement ? », « harcèlement je crie ton «  non »« … Les animateurs de cet instant se sont attachés à définir le harcèlement et ses différentes formes. Car Christine Arrouzé le sait, les élèves n’ont pas toujours conscience d’e faire partie des harceleurs, notamment par leurs agissements sur les réseaux sociaux :

« Le harcèlement passe souvent par internet. Les élèves utilisent beaucoup les réseaux sociaux, il faut leur faire prendre conscience de l’impact de leurs actes »

 

En matière de harcèlement, les animateurs ont insisté sur l’idée que  » tout le monde pouvait le dénoncer « , et pas seulement les ambassadeurs. Jérome Broseta, enseignant d’EPS, veut valoriser ceux qui ont le courage de révéler les actes dont ils sont témoins : « c’est à ce moment que vous allez devenir des supers héros ».

La journée de sensibilisation a permis aux élèves de prendre conscience de la réalité du harcèlement. @ADN12

La journée s’est poursuivie suite au fil de brainstormings, témoignages et vidéos qui ont ouvert la parole des collégiens : tous semblaient en effet faire preuve d’indignation devant ces situations. Certains mots et phrases ont été récurrents : « inhumain, pourquoi, dégueulasse, bêtise… ». Le premier but de sensibilisation semblait donc atteint pour cette journée.

Les ambassadeurs seront maintenant chargés de faire un compte-rendu de ces ateliers à toutes les autres classes du collège, et d’ouvrir la réflexion avec les autres élèves.

Pour plus de renseignements sur le harcèlement scolaire, vous pouvez visiter le site du service public.