Pour votre entrée en lice, ce sera un déplacement sur la pelouse de l’Olympique de Valence, club de R1. Que vous inspire ce tirage ?

Que c’est une bonne équipe de DH. Qui pour l’instant a tout gagné, n’a que des victoires. Il faut donc la prendre au sérieux. Après, pour un premier tour, on a un déplacement lointain.

On n’a pas été épargné par la distance

Vous entrez en Coupe de France dans 15 jours. Vous êtes-vous fixé un objectif pour cette compétition ?

Pas vraiment. Si on passe quelques tours, on a la possibilité d’avoir un match de gala à jouer. Et puis la coupe, c’est important pour ne pas avoir de trou dans le calendrier. Si on n’est plus en coupe, on aura des week-end sans jouer. Si on passe ce tour, on pourra avoir un bloc de matchs à jouer, pendant quatre semaines. C’est toujours important pour maintenir le rythme, plutôt que de devoir chercher des matchs amicaux. Après, on sait que les tirages ne sont jamais faciles, mais c’est la magie de la coupe. Si on veut espérer avoir un match de gala à jouer, il faut que l’on passe quelques tours.

Ce qui veut dire que vous vous méfiez de votre adversaire ?

Oui, c’est une équipe que l’on doit prendre au sérieux. Pour deux raisons. La première, c’est que l’on a encore beaucoup de choses à travailler. Deuxièmement, il faut que l’on ait la volonté de faire respecter la hiérarchie. Mais attention, car la saison dernière, c’est une équipe qui est allée jusqu’au dernier tour de barrages, qui a été stoppé à un match de la montée en D2. Ce ne sera pas un match facile, certainement un match compliqué. Il faudra vraiment se méfier. C’est un match de compétition, qu’il faudra prendre avec le même sérieux que nos derniers matchs de championnat.

En début de saison, on a déjà donné dans le manque d’humilité. On sait donc ce que l’on a faire

Le match de Coupe de France aura lieu le dimanche 24 novembre. Ce week-end, c’est repos pour les Rafettes. Retour à la compétition, dimanche prochain, avec un nouveau derby, cette fois-ci, sur la pelouse du TFC.