C. Teyssèdre : « La visite présidentielle n’a rien coûté aux ruthénois ! »

Le maire Christian Teyssèdre a souhaité "clarifier les choses" vis-à-vis du groupe d'opposition Rodez Citoyen. @ADN12

La maire de Rodez, Christian Teyssèdre, a laissé exploser sa colère ce mercredi 6 novembre en préambule du conseil municipal consacré au Débat d’Orientations Budgétaires. Motif de son agacement : les questions écrites envoyées par les trois élus du groupe d’opposition Rodez Citoyen avant chaque réunion du Conseil Municipal.

Joutes verbales

Des questions portant par exemple sur le nombre de caméras de vidéo-protection, la liste des travaux programmés dans les écoles ou encore la gestion du personnel municipal…

« Des demandes politiciennes adressées au dernier moment visant uniquement à perturber la bonne marche du conseil ! » s’est emporté le maire de Rodez, expliquant qu’elles l’obligent à mobiliser dans l’urgence le personnel de la Ville pour pouvoir y apporter des réponses. « Des questions que vous pourriez poser en commission si seulement vous les honoriez de votre présence assidue et active » a-t’il ironisé, s’adressant à Claudine Bonhomme : « en 2018, vous et votre colistière Chantal Combelles avez séché 66 % des commissions de travail, quand votre colistier Matthieu Lebrun en séchait 83 % »..»

Qui a payé la cérémonie d’Emmanuel Macron ?

L’une des questions posées ce mercredi par le groupe d’opposition Rodez Citoyen concernait la visite présidentielle d’Emmanuel Macron, le 3 octobre dernier : « Combien a vraiment coûté à la ville les déplacements du Président de la République ? ».

La réponse fournie en retour par Christian Teyssèdre n’a pas manqué de piquant, rappelant à Claudine Bonhomme qu’elle avait elle-même participé à la cérémonie :

« Vous avez ainsi, tant par votre présence que par votre participation gourmande au buffet, validé cette cérémonie que j’ai payée avec mes deniers personnels »

 

Le maire de Rodez a ainsi affirmé que la cérémonie présidentielle n’avait « rien coûté aux contribuables ruthénois » et tenu à préciser que les agents municipaux de Rodez n’avaient fait aucune heure supplémentaire (« ils ont même bénéficié de deux après-midis de congés gratuits ! »). Enfin, interrogé sur les barrières installées ce jour-là partout en ville, Christian Teyssèdre a simplement expliqué que la Ville de Rodez avait mis les siennes à disposition des policiers et que l’Etat s’était chargé d’acheminer et de déployer les besoins supplémentaires avec ses propres budgets.

Le duel des municipales

Si ce chapitre semble clos, les échanges n’ont pas fini de s’envenimer entre l’équipe municipale en place et le groupe Rodez Citoyen. Deux équipes qui devraient s’affronter lors des prochaines élections municipales en mars 2020.

De quoi faire dire Serge Julien, élu Les Républicains et spectateur des échanges (son groupe ne semblant pas en capacité de présenter de candidature) :

« Attention à ne pas transformer les conseils municipaux en débats électoraux entre vos deux formations ! Merci de nous préserver de vos objectifs de campagne… »