Depuis déjà 17 ans, l’association qui compte environ 150 inscrits partout en Aveyron interpelle les citoyens pour trouver, à l’échelle individuelle, des solutions pour la transition écologique. Entre désobéissance civique manifestations pacifiques, Canopée invite, sur tout le département, à se rassembler pour monter des projets individuels ou collectifs et encourager l’engagement citoyen sur sa commune.

« On peut faire des choses en groupe »

Thierry Elhadjen ©Canopée12

On retrouve dans cette association Thierry Elhadjen, le représentant Canopée des Causses à l’Aubrac mais également le créateur d’un autre groupe citoyen, ADOC : « La mise en place de l’éolien s’est faite si brutalement, sans aucune concertation avec les citoyens, que tout dialogue était bloqué. On veut recommencer à réfléchir ensemble à des moyens réalistes qui s’appuient sur des études, pour engager la transition écologique et recréer des liens de confiance avec les élus ». Si la question de l’éolien lui tient particulièrement à cœur, c’est que tout dialogue a longtemps été rompu dans sa région sur ce sujet. Avec une volonté réelle de nuancer, d’amener des éléments contradictoires à la réflexion pour encourager les citoyens à prendre du recul pour mieux s’emparer du sujet.

« La question aujourd’hui c’est : comment la population va s’emparer de cette question énergétique ? On reproche beaucoup aux politiques de ne pas s’en préoccuper, mais est-ce que nous, citoyens, on est capables de s’en emparer ? s’interroge Thierry Elhadjen. Avec Canopée on essaye de vulgariser ces questions, avec pour objectif l’implication des personnes. Parce que la transition énergétique va se jouer au niveau individuel, au niveau citoyen et au niveau politique, mais il faut qu’il y ait ces trois composantes pour que la transition soit efficace. »

Des actions concrètes

Chantier enduit pour isolation mené par Canopée. ©Canopée12

Les talents de pédagogue de cet ancien formateur dans l’industrie du canapé, réorienté depuis plus de 10 ans dans les énergies renouvelables sont précieux pour l’association, qui propose des journées de formations à la construction de projets autour de la transition énergétique : améliorer les caractéristiques thermiques d’une maison, installation de panneaux solaires, isolation d’une toiture… Le 22 septembre dernier, les badauds de la fête des plantes de Pruines ont pu être témoins d’une initiation à la réalisation d’un four solaire : « On ne dit pas que c’est la solution mais que ça contribue un petit peu à la transition énergétique : en été, au lieu d’allumer le four et de faire chauffer sa cuisine alors qu’il fait déjà chaud, le four solaire offre un moyen de faire la cuisine autrement. Et parce qu’on aime bien avoir une approche globale, le four solaire préserve les qualités nutritionnelles des aliments avec une température de cuisson basse qui dégrade moins les vitamines des aliments. C’est complètement compatible avec les énergies renouvelables ! » Plusieurs formations individuelles ont lieu régulièrement, mais le manque de bénévoles et d’experts se fait sentir. « On ne peut pas être partout », confirme Thierry Elhadjen.

Et parce que la jeunesse est la première concernée, l’association fait aussi des interventions dans des lycées à la demande même des élèves :

« Les élèves aujourd’hui connaissent les gestes individuels de tri etc, mais ils sont complètement démunis pour les actions collectives. »

Thierry Elhadjen

 

Mais ils essayent : après la marche pour le climat qui a eu lieu le 21 septembre dernier, les lycéens de Foch se sont mobilisés pour ramasser des déchets dans les rues de Rodez (avec une récolte impressionnante d’environ 40 kg), un groupe de parole s’est tenu jusqu’à 17h  avec des questions-réponses, mis en place par Canopée. « On apprenait à les écouter en tant qu’adultes, à connaitre leurs motivations et à répondre à leurs interrogations. »

Les membres du bureau de l’association ©Canopée12

L’implication nécessaire des mairies et communautés de communes

En bonne association citoyenne, ses membres cherchent aussi à impliquer les politiques locales, surtout les mairies. L’association ADOC, une des « associations filles de Canopée ciblée sur la région Causses-Aubrac » travaille avec sept maires identifiés de la communauté de communes.

« L’implication des habitants permet d’être complémentaire à celle des élus et travailler avec les mairies permet d’amplifier la parole aux citoyens. »

Thierry Elhadjen

 

Une réunion mensuelle ouverte à tous aura lieu ce mercredi 6 novembre à 18h30 à la MJC d’Onet-le-Château en salle C5. Une pause pique-nique est prévue en milieu de réunion. Les adhérents et sympathisants qui souhaitent rencontrer les membres de l’association à cette occasion sont les bienvenus. Plus de renseignements sur le site internet de l’association et sur la page Facebook.

À l’ordre du jour :
1. Projet associatif : validation
2. Assemblée générale du 23 novembre à Aubrac
3. Stage Éloïse : tâches proposées
4. Projet de modernisation de notre communication : stand
5. Modifications à envisager sur le site Canopée
6. Présentation de l’association ADOC aux 7 mairies participantes à la médiation de 2018 d’Acceptables Avenirs »
7. PNR Grands causses Mercredi 23/10 : Rénovation des bâtiments, sensibilisation (Thierry)
8. Semaine sans ma voiture bilan In’VD + projets
Participation de canopée à Enercoa
9. Divers : Canopée fête des plantes / Formation 13 novembre : Mon association est-elle prête à créer un emploi ? / Assises de l’Éducation à l’Environnement et du Développement Durable du 22 octobre

Une assemblée générale aura lieu le samedi 23 novembre à partir de 14h dans la Colonie à Aubrac. Une vaste salle et des cuisines permettront les débats et la restauration. Des  chambres seront à notre disposition, selon le tarif en vigueur, pour dormir sur place, rendant possible un temps plus décontracté en soirée. Un concert de chansons de France, d’Occitanie et de Corse aura lieu avec « Le chant des guitares », le duo Jean-Sylvain Savignoni et Rodolphe Bonnet. Covoiturage possible sur ce site.