Rodez. Le club d’ultimate Youltima compte deux vice-champions de France !

DR

Présent depuis 2006 sur les terres ruthénoises par le biais de la MJC, le club d’ultimate frisbee, Youltima, veut s’installer durablement dans le paysage sportif aveyronnais. Deux de ses licenciés se sont illustrés dernièrement en devenant vice-champions de France.

Pierre Guilmault et Jean-Baptiste Texier

C’est grâce à l’équipe de Nimes, en difficulté au niveau de son effectif, que les ruthénois ont pu participer à cette belle aventure. Les nîmois des Discoboles avaient en effet fait le choix de faire appel à deux joueurs cadres de l’équipe ruthénoise, Pierre Guilmault et Jean Baptiste Texier, pour le championnat de France de la discipline, qui s’est déroulé le 27 octobre en région parisienne.

Ils sont tous deux investis dans l’ultimate au niveau de la ligue Occitanie. « Cette expérience humaine et sportive les a fait progresser au niveau de leur pratique  et vivre des moments uniques » explique leur club du piton.

Si les Discobols ont échoué en finale face à l’équipe de Noisy-le-Sec, les Iznogoods, qui organisait la compétition, Pierre et Jean Baptiste reviennent en terres aveyronnaises avec plein de souvenirs et auréolés de leur titre de vice-champion de France d’ultimate.

« Se faire plaisir sans prise de tête »

Une vingtaine de pratiquants d’ultimate se réunit chaque jeudi dans le gymnase Frugere à Rodez, de 18h à 20h. Ils ont de 22 à 45 ans, « c’est un groupe de copains qui a pour but de se faire plaisir sans prise de tête » confie Pierre Guilmault. Une section loisir permet d’apprendre les premiers gestes de la discipline sans pression car « c’est un sport assez technique où les premiers apprentissages sont importants ».

Une autre est réservée à la compétition : l’équipe fanion joue en division régionale après avoir connu la saison dernière les joutes de la nationale 3. Un tiers de l’effectif est féminin, « tout le monde peut trouver sa place dans l’équipe » ajoute le Pierre Guilmault.

« Le seul club de l’AVEyron »

« L’ultimate est un sport complet et convivial » affirme Pierre Guilmault. Les joueurs doivent se démarquer et multiplier les sprints pour permettre au lanceur d’effectuer les meilleures passes. L’ensemble des muscles du corps est ainsi sollicité pour courir, sauter et attraper le frisbee. Le lancer et le rattrapage du disque développent également la coordination. Il favorise le renforcement musculaire, l’équilibre et l’endurance. Tout cela stimule les systèmes cardio-vasculaire et respiratoire.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur la Page Facebook du club.