Viviez. Des citoyens inquiets se battent contre le projet d’usine de traitement des déchets SOLENA

ADEBA se bat contre le projet Solena depuis 2016. ©ADN12

Rien de bon dans le projet SOLENA : voilà en substance le message porté par l’Association pour la Défense de l’Environnement du Bassin et ses Alentours (ADEBA) lors de sa dernière réunion publique à Viviez en cette fin octobre.

Créée en 2016 pour « sauvegarder le patrimoine naturel » du Bassin de Decazeville, l’ADEBA est depuis le début en lutte contre le projet de centre de traitement et de stockage de déchets de SOLENA (entreprise porteuse du projet) sur le site de Dunet à Viviez.

Une centaine de personnes est venue entendre les arguments avancés par ADEBA contre ce projet, alors qu’une enquête publique est en cours et que les actions se multiplient contre…

Un projet contesté

Au départ du projet, on trouve une volonté politique de ramener les déchets sur le territoire aveyronnais. Ainsi, en 2016, l’entreprise Solena qui détient des terrains (122 hectares) sur les communes de Viviez et d’Aubin propose les projets suivants : la mise en place d’un stockage de déchets dangereux (le site de l’igue de Montplaisir) ; la création d’une usine de traitement des déchets ménagers (poubelles noires) et assimilés (certains déchets industriels) sur le site de Dunet qui s’accompagnerait d’une installation d’une zone de stockage (le site de l’igue du Mas).

Mais « par l’absence d’informations claires et précises », les participants à la réunion publique se sentent mis à l’écart par les différents acteurs (public, privé) porteurs du projet. Les membres du bureau de l’association déplorent en particulier « le manque de concertation de tous les élus, notamment locaux ». Ainsi, les inquiétudes montent chez le citoyen.

Une centaine de personnes présentes lors de la réunion publique d’ADEBA le 25 octobre 2019. ©ADN12

Pourquoi refuser ce projet?

Les co-présidents de l’association Michel Delbosc, Bernard Garrouste et Jean Espeillac insistent sur le fait que le Bassin a un passé douloureux avec les pollutions industrielles qui ont longtemps marqué le territoire :

« Le Bassin n’a pas vocation à accepter toutes les pollutions. Ce projet est néfaste pour l’attractivité du territoire ! »

Les membres de l’association ADEBA craignent en effet une dépréciation des biens immobiliers et la disparition d’emplois liés par exemple aux activités touristiques. Enfin, ce projet représente selon eux un réel danger pour l’avenir avec la présence à proximité d’habitations, d’écoles et d’une usine classée SEVESO (la SNAM)…

Des initiatives originales et variées

L’association ADEBA multiplie les initiatives pour que le projet SOLENA soit abandonné, en influençant l’enquête publique, qui se termine le 19 novembre 2019.

« Oui au tipi, Non au tupu »

Ainsi, une initiative virale a été lancée sur Facebook: le Tipi power, Tipi ADEBA contre Tupu SOLENA. Un message « Oui au tipi, Non au tupu » accompagné d’un dessin de tipi, que l’on commence à voir apparaître dans différents lieux publics du Bassin.

Un des membres de cette action la présente ainsi « les hommes de la tribu du Bassin veulent dénoncer les décisions prises par le Conseil des Sages concernant le projet SOLENA. Ainsi, chaque fois qu’un élu, qu’un citoyen voit le message, il doit comprendre que des gens sont contre ce projet et il doit s’interroger ». Une vingtaine de personnes était présente pour participer au premier atelier du Tipi Power, le samedi 26 octobre.

Premier atelier du Tipi Power le samedi 26 octobre. ©ADN12

Une autre action se déroulera le samedi 16 novembre, avec de 10 h à midi, une grande manifestation et à partir de 14 h, une randonnée autour de l’igue du mas.

Pour tout renseignement , visitez la Page Facebook de l’association ADEBA.