| VIDEO | Saint-Affrique. Après l’alerte inondation niveau 3, la Sorgues amorce sa décrue

Depuis hier en fin d’après-midi, les autorités saint-affricaines se préparaient à gérer une éventuelle crue de la Sorgues. Services techniques et sapeurs-pompiers étaient sur le pont. A midi, l’alerte inondation atteignait déjà le niveau 3 (sur 4). Le soulagement est arrivé en milieu d'après-midi, avec l'annonce de la décrue.

La situation en temps réel

Ce matin, la passerelle de Savignac qui avait été fermée durant la nuit a été rouverte quelques heures avant d’être fermée à 9 h et d’être submergée quelques minutes plus tard par la Sorgues.

A 10 h, les agents des services techniques et la police municipale évacuaient le parking des Grèves installé en bord de Sorgues en centre-ville de Saint-Affrique.

A 10 h 30, les sapeurs-pompiers sont en reconnaissance pour évaluer la montée des cours d’eau environnant Sorgues et Dourdou.

A 11 h, la passerelle de Savignac était submergée. © ADN12

A 11 h 30, l’alerte inondation passe en niveau 2. Ce qui implique l’évacuation de trois maisons situées en exposition maximale en cas de crue, la fermeture de la passerelle de Couat à l’aire de loisirs de La Gravière, la mise en place d’un groupe électrogène et de la procédure d’hébergement au gymnase des 12-Etoiles et à la salle des fêtes (en cas de besoin). Du côté des réseau d’eau potable, l’entreprise Saur prévoyait déjà de distribuer des bouteilles d’eau si le niveau de turbidité venait à passer le seuil critique.

A midi, passage de l’alerte inondation en Niveau 3 : La police municipale élargit sa tournée d’alerte dans tous les quartier qui ont été inondés en 2014. L’hôpital est sur le qui-vive. Les agents municipaux passent chez les habitants pour les rassurer, donner des informations, veiller à ce que personne ne soit en difficulté. La salle des fêtes et le gymnase des 12-étoiles sont prêts à accueillir les personnes sinistrées si nécessaire.

La mairie recommande d’éviter les déplacements et de rester très vigilant. La prévention est donc de mise pour parer à l’urgence. La cellule opérationnelle de gestion de crise est mobilisée.

14 h 30 : Le stade Blanchard est lui aussi passé sous l’eau. Par précaution, les enfants du Centre de loisirs rejoignent la salle des fêtes pour continuer leurs activités en toute sécurité.

La Sorgues est sorti de son lit. Ici à Lapeyre aux alentours de 13 h.

A Versols, la Sorgues a atteint 4,89 m en fin de matinée.

A 16 h 30 : La mairie informe que la décrue est en cours. « Par mesure de sécurité et afin de remettre celle-ci en état correctement, la passerelle de savignac sera fermée jusqu’à demain midi minimum », pouvait-on lire sur le mur facebook de la collectivité.

D’après la Direction départementale des territoires (DDT) « l’intensité des pluies a atteint son maximum en milieu de journée. A Saint Félix de Sorgues, le maximum (4,89m) a été atteint à midi. A Saint-Affrique (Sorgues), la hauteur d’eau a atteint les 3,39m à 14h15 ».
La Mairie informe « qu’en vue de demander la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, les Saint-Affricains impactés par les fortes crues et le débordement de la Sorgues sont invités à se rapprocher de leur assurance pour signaler les dégats. »

 

Le stade Bayol sous l’eau.

——————————————————————————————————

Les sapeurs-pompiers spécialisés en sauvetage en eaux-vives sont venus en renfort

Hier en fin d’après-midi, le service départemental d’incendie et de secours de l’Aveyron (SDIS 12) recevait la confirmation du passage de l’Aveyron en vigilance orange orage-pluie-inondations. Les forces spécialisées en sauvetage aquatique ont été immédiatement déployées sur le Sud-Aveyron. Cette démarche dite « pré-positionnement » se développe de plus en plus, pour anticiper au mieux les risques. Entretien avec le Capitaine Dieudonné, de l’Etat-Major du SDIS 12.

« Les valeurs annoncées hier après-midi justifiaient que l’on mette en place le même protocole préventif qu’en 2014, à savoir l’installation d’un groupe de dix sauveteurs en eaux-vives pour renforcer les équipes du Sud-Aveyron », explique le capitaine Jordan Dieudonné, responsable du groupe.

« La crainte, c’était de devoir intervenir la nuit. Pour raccourcir le délai d’engagement, nous avons décidé de pré-positionner un groupe de sauveteurs au centre d’incendie et de secours (Cis) de Saint-Affrique. »

Hier soir, 10 sauveteurs en eaux-vives, dont deux plongeurs, ont donc pris leur quartier à la caserne de la Vilotte.

« Nous avons un groupe de spécialistes qui sont opérationnels en dix minutes. On gagne facilement plus d’une heure », évalue le capitaine qui est aussi responsable du service opération du SDIS 12, et du Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CTA-CODIS).

« Aujourd’hui, la gestion des risques liées aux inondations a beaucoup évolué. Au même titre qu’on envoie des dispositifs préventifs pour les incendies l’été, on est sur le même type de philosophie pour les intempéries, parce qu’il y a des vies humaines en jeu. »

L’arrivée d’un groupe spécialisé sur la ville peut créer de l’anxiété au sein de la population. Mais en termes de gestion des risques, l’anticipation est une des clés essentielles pour la réussite des missions : « Il n’y a pas eu d’intervention significative pour nous cette nuit, tant mieux. Mais il fallait être là. Ce genre de dispositif a fait ses preuves, et aujourd’hui, il ne faut pas hésiter. »

Les sauveteurs en eau vive sont arrivés mardi soir à Saint-Affrique. © ADN12