Millau. « Elles vivent ici », un documentaire qui raconte le Sud-Aveyron au féminin

Lundi 21 octobre à 20h30, Josette Hart et Jean Milleville présenteront leur documentaire « Elles vivent ici » au cinéma de Millau. Une galerie de portraits de femmes, qui ont choisi de vivre et de mener leurs projets de vie en Sud-Aveyron et qui offre un regard différent sur la ruralité.

« Ce sont les femmes que nous avons rencontrées qui ont fait ce film. Elles nous ont livré des paroles poignantes, qui touchaient à l’intime et à l’universel. Avec une portée qui ont provoqué en nous des émotions fortes », raconte avec intensité Josette Hart, aux côtés de son compagnon Jean Milleville. Elle a posé les questions, écouté. Lui a su observer et saisir l’intensité des échanges à travers le prisme de sa caméra.

« Jean a su saisir l’œil qui brille, les expressions du visage qui évoquent bien plus que n’importe quelle parole, les mains qui se tordent à l’évocation d’un moment de vie difficile… », raconte, émue, Josette Hart.

« Donner la parole aux habitants »

A l’origine de leur aventure, l’envie d’aller à la rencontre des habitants du Sud-Aveyron, pour faire émerger une vision incarnée du territoire. Une aventure qui a démarré il y a deux ans. Josette et Jean souhaitent profiter de la retraite pour « voyager chez eux, et rencontrer leurs voisins ». Avec une seule idée en tête : « Donner la parole aux habitants du Sud-Aveyron. Pas parler d’eux, ou parler pour eux », martèle Jean.

Les Millavois Josette Hart et Jean Milleville, un couple de jeunes retraités, devenus réalisateurs malgré eux… pour leur plus grand bonheur. (© Gérard Rouquette)

Ils imaginent alors partir à vélo, de village en village, et de se laisser surprendre par les rencontres. « On se disait qu’on pourrait faire un petit document écrit que le Parc naturel régional des Grands Causses pourrait mettre sur son site. »

Mais le projet prend une dimension que n’imaginait pas le couple. « Florent Tarrisse, le directeur du Parc nous a mis en contact avec la société de production saint-africaine AnderAndera. Ils nous ont incités à faire de la vidéo ». Jean s’équipe donc du matériel adéquat. Josette prépare ses grilles d’interview. Ils ne le savent pas encore, mais ils sont en train de devenir réalisateurs malgré eux…

« Elles sont les coauteures de ce film »

Muni d’une lettre de recommandation du Parc naturel régional des Grands Causses, le duo se rapproche des mairies des villages, « pour leur demander de nous signaler des habitants, hommes ou femmes, dont le parcours pouvait être intéressant à découvrir. »

Les premiers contacts se font par téléphone. Si le courant passe, Josette et Jean se déplacent pour réaliser des interviews filmées. Sans axe bien défini, sans scénario, le couple suit son instinct.

« Très rapidement, les femmes se sont imposées, raconte Josette. Elles nous ont tellement touchées, ce sont elles qui ont orienté notre travail. Elles sont les coauteures de ce film. »

Voilà que le projet de vagabondage créatif à vélo, s’est transformé en un film documentaire, dans lequel se livrent une quinzaine de femmes, agricultrices, écrivaine, boulangère, artistes, pompiers, comme une ode au territoire et à ses habitants.

« A travers le témoignage de ces femmes, on sent l’attachement aux lieux où elles vivent, et qu’elles font vivre, insiste Josette Hart. Elles mettent à mal l’idée qu’ici, la vie est rude, qu’on est loin de tout. Au contraire, elles se nourrissent de la nature, de l’histoire, de la force des lieux. Par leur authenticité naturelle, elles nous invitent à une réflexion profonde, et émouvante sur la ruralité, et sur le sens de la vie. »

Lundi 21 octobre à 20h30, séance en présence des réalisateurs Josette Hart et Jean Mileville. Entrée libre.