Au soir de l’expulsion des occupants illégaux de la ZAD de l’Amassada dans le sud du département, la préfète de l’Aveyron a tenu une conférence de presse en fin de journée dans ses bureaux de Rodez.

Aucun blessé

Après un retour sur les opérations d’expulsion, qui ont nécessité l’utilisation de grenades lacrymogènes en réponse aux barricades enflammées érigées par les occupants, –« pour permettre aux pompiers d’éteindre les feux et empêcher la propagation à la végétation »-, Catherine Sarlandie de La Robertie s’est félicité « qu’aucun blessé ne soit à déplorer, tant du côté des forces de l’ordre que des occupants ».

La préfète a également tenu à féliciter les forces de l’ordre, et particulièrement les gendarmes pour « leur comportement exemplaire et leur grand professionnalisme », qui font qu’aujourd’hui « Force reste à la loi. L’objectif d’un retour à l’état de droit est pleinement atteint ».

Surveillance maintenue

Les travaux de sécurisation du site menés par RTE, propriétaire des parcelles visées, est toujours en cours. Catherine Sarlandie de La Robertie a rappelé qu’une surveillance de la gendarmerie serait maintenue pour quelques temps encore, et que « toute tentative de réinstallation sera immédiatement repoussée ».

La mise en place d’une clôture autour du site change la donne pour ceux qui tenteraient une intrusion prévient la préfète de l’Aveyron :

« Ces intrusions constitueraient une occupation illégale avec destruction délictuelle du bien d’autrui en réunion (à partir de 2 personnes) et en représailles, exposeraient les auteurs de de ces intrusions à une peine de 7 ans d’emprisonnement et 100 000 € d’amende ».