Le groupe des Gilets jaunes du Saint-Affricain a lancé son Ric expérimental le 14 septembre pour arriver à un vote le 23 novembre.

Ils ont décidé de continuer à investir le cœur de la cité, tant physiquement qu’en étant force de proposition. Depuis le 14 septembre, les Gilets jaunes de Saint-Affrique et ses alentours ont lancé un Référendum d’initiative citoyenne (Ric) expérimental. « Il ne s’agit pas d’un soutien au mouvement des Gilets jaunes mais d’une expérimentation de la vie démocratique ouverte à tous », prévient d’emblée Henri-Jean Rozenzwejg. Les Gilets jaunes n’ayant pas obtenu de Ric constitutionnel et légal, le groupe local (une trentaine de personnes réunies chaque semaine) compte faire remonter les propositions de la population au sein du conseil municipal, notamment les trois qui seront sélectionnées sur les 41 collectées depuis le 14 septembre sur les marchés le samedi, par mail et sur la page Facebook dédiée.

Huit thématiques calquées sur les compétences municipales

Pêle-mêle, elles sont classées en huit thématiques calquées sur les compétences municipales : culture/formation (par exemple « cours d’informatique collectif gratuit pour les résidents et non-résidents de St-Affrique »), santé (« création d’un centre de santé avec des médecins et personnels salariés de la mairie pour compléter l’offre de médecins libéraux »…), circulation/transports (« généraliser les pistes cyclables dans les rues de St-Affrique »…), finances (« création d’un budget participatif à St-Affrique »…), aménagements (« création d’une halle ou marché couvert à St-Affrique »…), jeunesse/familles (« créer des espaces de jeux ombragés pour les enfants »), société (« réanimer et structurer sur le long terme les comités de quartier à St-Affrique »…), environnement (« création d’une cuisine bio, locales et commune pour les structures collectives »)…. Les 41 propositions et les noms de leurs auteurs sont accessibles sur le site et la page Facebook.

Trois propositions à qualifier pour le Référendum local

Jusqu’au 12 octobre, tous ceux qui le souhaitent pourront déterminer les mesures qu’ils retiennent parmi les 41 propositions, soit en ligne, soit en remplissant le formulaire qui sera accessible sur le stand des Gilets jaunes au marché ou encore en déposant ses choix dans l’urne disponible dans le hall de la mairie de Saint-Affrique. Lundi 14 octobre, les trois propositions qui auront recueilli le plus de soutiens seront qualifiées pour le Référendum local.

Du 15 octobre au 15 novembre, aura lieu une campagne du Ric. Les personnes favorables ou opposées aux trois Ric pourront prendre la parole lors de débats contradictoires.

Le samedi 23 novembre, aura lieu un vote pour chacun des trois propositions chacune soumise à un référendum. Reste à savoir qui pourra voter ? « Toutes les personnes de plus de 16 ans pourront voter en se présentant avec une pièce d’identité, nous tiendrons des listes d’émargement et nous pourrions même mettre un coup de tampon sur les cartes électorales », répond Henri-Jean Rozenzwejg. « Nous n’avons pas encore tranché sur l’origine des électeurs, uniquement des Saint-Affricains ou des électeurs pouvant venir d’ailleurs. »

Pas d’organisateurs du Ric sur des listes pour les municipales

Le résultat des Ric sera transmis au conseil municipal qui pourra en débattre. « Il s’avère que si le Ric n’engage pas de dépenses nouvelles, il pourra être appliqué », souligne Henri-Jean Rozenzwejg. « Et nous ne laisserons pas les 38 autres dans l’oubli », promet Chantal Zamblera. « Peut-être que des listes pour les municipales pourront s’en inspirer », ajoute Henri-Jean Rozenzwejg.

Après plusieurs interventions sur ce que chacun dans le groupe retire déjà de son expérience de Gilets jaunes et d’organisateurs du Ric expérimental – « apprendre à écouter les autres » pour Jean-Pierre Clarisse ; « être transparent, juste et honnête » pour Henri-Jean Rozenzwejg – ce dernier a apporté une information pour répondre à certaines questions émergentes : « En organisant le Ric, cela nous empêche d’être candidats sur une liste pour les municipales. Sinon, c’est prendre le risque de faire invalider sa liste. »