Rodez. Octobre Rose : « montrer l’importance du dépistage »

Octobre rose : une partie du village installé cette semaine à l'hôpital de Rodez. DR

Le Centre Hospitalier de Rodez a lancé le coup d’envoi d’octobre rose cette semaine avec la tenue d’un village santé dans son hall. Des associations étaient là pour informer le public. Cette campagne a vocation à sensibiliser au dépistage du cancer du sein.

1er cancer féminin

Les professionnels de santé de l’hôpital, la ligue contre le cancer, le centre de coordination d’Occitanie de dépistage des cancers, Fémina et le Cami étaient réunis dans ce village. L’objectif pour tous était de  : « montrer l’importance du dépistage ». Cette pathologie est la premier cancer chez les femmes. Son dépistage est un enjeu majeur de santé publique. il se guérit dans plus de 90% des cas lorsqu’il est détecté tôt.

Des progrès dans le dépistage

Murielle Cholot, médecin radiologue a encouragé « les 46 000 aveyronnaises âgées de 50 à 74 ans à venir se faire dépister ».

« En 2018 50 % des femmes aveyronnaises ont effectué cet examen contre 36 % en 2001 »

Elle souligne que « des progrès ont été réalisés mais le combat doit continuer » . Elle ajoute « on connaît tous une personne dans notre entourage, victime de cette maladie ». Elle exhorte « les femmes à s’occuper de leurs seins ». C’est un véritable cri du cœur pour responsabiliser les femmes et leur entourage.

Le sport : l’allié anti-cancer

En ouverture, Justine d’Orléans, animatrice de pilates à la MJC de Rodez, avait investi les lieux avec ses tapis pour proposer une séance de pilates. Basé sur des exercices d’étirements et de respirations, il permet « une amélioration de l’humeur, du bien-être et une amélioration de la conscience de son corps, de sa force et de ses limites pour mieux s’en servir ». « C’est un véritable allié pendant et après la maladie » insiste Justine. Le stand de la Cami a aussi promu l’activité physique en complément des traitements traditionnels pour aider les patients à augmenter leur chance de guérison.

Une séance de pilates menée par Justine. @ADN12

Accompagner les malades

Les bénévoles de Fémina. @ADN12

Le cancer du sein, c’est aussi un besoin d’informations, d’échanges et de soutien chez les malades. Bien souvent, elles se posent des questions et restent seules face à leurs inquiétudes. Fémina est un précieux auxiliaire dans leur vie quotidienne. Françoise Roques, bénévole de l’association, la décrit « comme un relais qui permet de libérer la parole, d’informer sur ses droits, ses possibilités de soins et d’orienter les patientes vers les spécialistes ». « L’accompagnement durant cette épreuve est essentiel pour que les femmes puissent vivre plus sereinement cette période » ajoute-t-elle.