Loin du format traditionnel de la conférence, « les apéros tchatche » sont animés par la compagnie Passe-Muraille.

Il est près de 19 h, et la ferme du Bousquet est en effervescence en ce vendredi 20 septembre. Les premiers participants arrivent, s’installent sur les tables autour de la buvette, installée dans la cour de la ferme. Quand arrive soudain une sorte de Monsieur Loyal, Simon Giniez, qui lance le premier temps fort de la soirée, « l’Apéro tchatche ».
Un espace de rencontre et d’échange, pour que chacun raconte son territoire. « Quels sont les perles, les pépites, les trésors de ce pays ? Qu’aimez-vous par-dessus tout ici ? », demande Simon.

Raconter son territoire

Une première voix s’élève, timidement : « Les Causses… C’est l’infini. » « Pour moi, c’est le Rougier, le contraste des couleurs, des formes, et l’architecture extraordinaire des hameaux, des bourgs, des fermes », poursuit une autre participante. Petit à petit, les langues se délient, et les tchatcheurs et tchatcheuses se prennent au jeu. Les gourmands évoquent la richesse des traditions culinaires, d’autres appuient sur la qualité des aliments produits localement : lait cru, roquefort, melsat, gâteaux à la broche et autres mets qui font saliver l’assistance. Puis les paysages, les lacs, les rivières, les circuits courts, le pastoralisme, le marché de Saint-Affrique viennent compléter le tableau.

Les convives sont ensuite invités à se réunir en petit groupe, pour évoquer leurs craintes par rapport à l’avenir. « J’ai peur que le tourisme fasse de l’Aveyron un produit dénaturé », s’inquiète un participant. « Moi, c’est la qualité de l’eau, sa rareté avec la sécheresse qui s’intensifie. Sans eau, nous ne sommes rien », poursuit une tchatcheuse. « Et il ne faudrait pas que le lait cru disparaisse. Certains essaient de le diaboliser, mais c’est une richesse, un savoir-faire de qualité, qui fait la beauté de notre territoire », appuie une éleveuse.

Que la culture se développe pour créer du lien entre les gens

Perte de la biodiversité, pesticides, peur que les éoliennes « défigurent le paysage », que les campagnes se désertifient en même temps que les services publics reculent, que les liens entre les gens se distendent, la litanie des sujets d’inquiétude se poursuit.

Avant d’ouvrir la porte aux rêves… « Laissez-vous emporter par la magie du Rêvaton, une machine qui fait émerger les rêves les plus profonds, les plus forts, cachés en chacun de nous… », suggère Simon…

Du rêve au réel et à l’engagement individuel

La magie opère, et les participants expriment leurs envies pour le futur : « Que les choses restent comme elles sont, tout simplement » ; « Qu’il y ait moins de clivages idéologiques » ; « Que la culture se développe pour créer du lien entre les gens »… Autant de propositions qui ont jailli de part et d’autre de l’assemblée.

Voyage dans l’univers jazzy des années 30 avec les Sweet Peppers.

Puis les participants ont été invités à faire une demande concrète au Parc, assorti d’un engagement individuel allant dans le même sens. « J’aimerais que les efforts soient poursuivis pour favoriser la mobilité, notamment vers les grandes villes, comme Albi et Rodez. En échange, je m’engage à prendre plus souvent les transports en commun », lance un tchatcheur itinérant. « Je pense qu’il faut faire quelque chose pour que la chasse ne soit pas un frein pour les autres usagers des espaces naturels, et qu’il faudrait accompagner un changement. Je m’engage à participer à des groupes d’échanges et de dialogue avec les chasseurs, pour nouer des liens », propose une promeneuse.

« Tout ce qui a été dit ce soir est collecté, puis sera analysé pour faire émerger les thématiques, qui serviront de base pour écrire le futur, précise Roxanne Wilhelm-Jammes, chargée de mission développement culturel. Avec Tournée générale, nous poursuivons un travail de fond qui a commencé il y a huit ans, avec « Rendez-vous au bistrot ». Cette année, nous avons investi d’autres lieux, comme ici des fermes. Une quinzaine d’apéro tchatches sont prévus, pour faire la « tournée » des bourgs, villages et hameaux du territoire, et lancer le processus de révision de la charte au plus près des habitants ».

Après ce voyage du rêve aux solutions concrètes, la soirée s’est poursuivie par un repas concocté par, et avec les produits de la Ferme du Bousquet, suivi du concert swinguant des Sweet Peppers.

Pour participer à l’élaboration de la nouvelle charte du Parc naturel régional des Grands Causses, un questionnaire en ligne est disponible (lien ci-dessous). Il présente les 23 objectifs de la Charte en vigueur (2007-2021), illustrés par plusieurs actions récentes. Ce questionnaire reste ouvert jusqu’au 31 octobre 2019. Les résultats seront mis en ligne courant novembre.

Tournée Générale : le programme

  • Rebourguil, vendredi 4 octobre. A partir de 19 h : apéro tchatche, suivi d’un repas et du concert de Onda Ya au restaurant Lou Coudial (Réservation repas : 05.65.97.62.39).
  • Tournemire, vendredi 11 octobre. A partir de 19 h : apéro tchatche, suivi d’un repas et du concert de Baptiste Dupré au restaurant L’Instant (Réservation repas : 07.82.51.43.90).
  • Curan, vendredi 18 octobre. A partir de 19 h : apéro tchatche, suivi d’un repas et du concert de Laurent Cavalié au restaurant Lou vioulou (Réservation repas : 05.65.78.06.17).

Le Parc révise sa charte

Le Parc naturel régional des Grands Causses (PNRGC) se prépare à la révision de sa charte. Ce document de référence sert de guide à toutes les actions menées par les équipes du Parc, pour une période de 15 ans.

Pour élaborer la nouvelle charte pour la période 2022-2037, élus et habitants du territoire sont sollicités pour donner leur avis, leurs envies, et « inventer demain ». Pour cela, un questionnaire en ligne est disponible sur le site du PNRGC jusqu’au 31 octobre, où chacun est invité à donner son avis sur le passé, pour préparer le futur. Pendant quatre semaines, nous vous proposons de (re)découvrir quelques initiatives portées par le Parc naturel régional des Grands Causses depuis 2007. Début de la charte en vigueur jusqu’en 2021.

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU QUESTIONNAIRE