Les élus de Rodez Agglomération se sont réunis ce mardi 24 septembre au soir pour voter la quarantaine de points à l’ordre du jour de la séance publique. Parmi ceux-ci, la collectivité locale était invitée à émettre un avis sur l’attribution du statut de voie express à la RN 88, préparant la dénivellation des ronds-points de Saint-Félix, Saint-Marc et des Moutiers. L’avis favorable donné par l’assemblée a offusqué Marie-Claude Carlin, élue écologiste à Rodez.

Marie-Claude Carlin milite au sein d’Europe-Ecologie-Les-Verts. @ADN12

« Chapeau la pollution ! »

Selon elle, cette décision est une « une régression en termes de politique environnementale » qui ne réglera pas le problème de circulation qu’il est censé régler. « Vous proposez de faire une autoroute urbaine, qui va produire de la pollution et un bruit invraisemblable et qui va amener les poids-lourds vers les quartiers résidentiels ! C’est une grande responsabilité pour l’avenir que vous venez de prendre » s’est-elle enfiévrée, avant d’évoquer les « 20 ans d’avance qu’ont les écologistes sur ces questions » :

Ironie du sort : c’est au moment où l’on organise des Marches pour le Climat que Rodez Agglo décide de faire une autoroute urbaine ! C’est une régression catastrophique ! On est au 21ème siècle et on choisit des solutions du 20ème siècle…

Pour Marie-Claude Carlin, la solution face à l’engorgement de la rocade ruthénoise aurait été de faire un contournement, « comme cela se fait dans d’autres villes, comme Lyon par exemple ».

« Un contournement irréalisable »

Une position que partagent les élus de la majorité, mais pour laquelle ils disent n’avoir aucune marge de manœuvre, à l’image de ce que dit le maire d’Onet-le-Château, Jean-Philippe Keroslian : « ça aurait pu être fait à l’époque de nos prédécesseurs mais il n’y avait pas la volonté politique pour. Résultat aujourd’hui : le grand contournement est irréalisable et on doit faire avec cette rocade ! ».

Même son de cloche chez Christian Teyssèdre, président de Rodez Agglomération, qui s’en prend à l’ancien maire de Rodez et au président actuel du département :

« C’est de la faute à Censi ! Il n’a rien fait pour le projet de contournement ! Maintenant, on a un Conseil Départemental qui préfère s’occuper de ronds-points 7 fois moins empruntés que celui de Saint-Félix, où circulent quand même 35 000 véhicules par jour ! C’est le rond-point le plus emprunté d’Aveyron ! ».

Christian Teyssèdre qui avance la somme de 70 millions d’euros pour réaliser un tel ouvrage : « personne n’a l’argent pour ce contournement ! Ni le tracé d’ailleurs … ».

Selon lui les solutions sont donc à chercher ailleurs : du côté de la dénivellation des ronds-points de la RN88 mais aussi en travaillant sur d’autres axes : « on est bien avancé sur un projet de liaison par le sud de Rodez, via la RD12 (Le Monastère) et en coupant la RD62 (route de Flavin) »…

Des liaisons douces à aménager

En attendant, l’aménagement des trois carrefours de la RN88 est inscrit au contrat Plan Etat-Région de 2015-2020 et l’avis favorable donné par Rodez Agglo ce mardi devrait ouvrir la voie à une déclaration d’Utilité Publique en 2020.

Reste à régler les interdictions de circulation induites par le futur statut de voie express puisque piétons, cycles, cyclomoteurs et engins agricoles n’auront plus l’autorisation de l’emprunter.

Projet Saint-Félix-Les Moutiers. DR
Le projet sur le giratoire Saint-Marc. DR

Si des itinéraires de substitution en local existent pour les deux-roues, une réflexion est en cours pour les tracteurs. Ils pourront à l’avenir emprunter les rues suivantes de Bel-Air, déjà calibrées pour les poids-lourds : rue des Routiers, avenue de la Peyrinie, avenue des Compagnons, avenue des Ebénistes et rue de l’Etain. En revanche des aménagements doivent être envisagés pour le reste de la déviation :

Les engins agricoles devraient à l’avenir emprunter les voies marquées en noir. DR