Millau. Défaite pour le rugby millavois

Pour leur premier match de championnat de la saison, les somistes se sont déplacés dimanche près de la grande bleue, à Agde. Ils affrontaient une équipe expérimentée, récemment pensionnaire de Fédérale 1, et toujours difficile à manœuvrer sur ses terres.

Malgré un essai rapidement encaissé, les Millavois effectuent une bonne entame de match, mais ne concrétisent pas leurs occasions, à l’image de deux pénalités relativement faciles et pourtant manquées par Nuku, devancé dans l’en but par un joueur agathois sur un coup de pied à suivre .

Au contraire, ils sont punis par le réalisme agathois. Les jaunes et bleus très bien organisés sur les pénaltouches profitent des fautes millavoises pour inscrire deux essais sur ces phases de jeu, et mènent ainsi logiquement à la pause sur le score de 19 à 0.

En deuxième période deux essais seront marqués de chaque côté (Bosc et Castellarin pour Millau) et au final le RO Agde s’impose 32 à 12 .

Les Millavois diminués par de nombreuses absences, huit au total, n’ont pas démérité, mais devront faire preuve de plus de rigueur défensive face à Tricastin dimanche pour l’ouverture de la saison à domicile.

Les nouvelles règles sur les plaquages amènent beaucoup plus de pénalités, de cartons (et d’incompréhension pour le public), il leur faudra donc être vigilants là-dessus.

En clair les deux coachs Majorel et Petit ont beaucoup de travail pour amener une maitrise au jeu collectif de leur équipe, mais ce n’est que le début de la saison et nul doute qu’avec la rentrée de joueurs-cadres, la cohésion sera au rendez-vous et amènera les somistes vers la victoire.

La présence de nombreux supporters millavois au bord du terrain est à saluer, ils n’ont pas hésité à donner de la voix pour encourager leurs favoris.

Du côté de la jeune équipe B, c’est une défaite pour elle aussi. Elle s’est inclinée sur le score de 41 à 13 face à une équipe plus expérimentée qu’elle, et qui se qualifie régulièrement pour les phases finales du championnat. Il ne faut cependant pas baisser les bras la saison est longue.

Stéphane Sécail