Aveyron. H2M : 1 an après sa création d’entreprise, c’est la rentrée pour Marjorie Monmoton

Un an après la création de son entreprise, Marjorie Monmoton partage l'expérience de sa nouvelle vie de jeune cheffe d'entreprise, tout en conciliant, dans le même temps, la présidence des Dirigeants Commerciaux de France sur le département de l'Aveyron. Portrait.

Rodez - H2M, Marjorie Monmoton
Marjorie Monmoton dans les locaux de son entreprise.

Après un BTS Tourisme, Marjorie Monmoton part travailler à l’étranger (au Maroc, en Tunisie) en tant que pilote vacance. À son retour, elle officie en tant qu’agent de voyage pendant trois ans puis enchaîne sur la gestion d’une agence de voyage. Elle décide finalement de rejoindre un grand groupe du secteur touristique pour lequel elle va travailler pendant douze ans, d’abord à Toulouse, puis à Rodez. Chemin faisant et les rencontres professionnelles aidants, elle décide de faire le grand saut de l’entrepreneuriat, en créant H2M.

Comment avez-vous procédé pour la création de votre entreprise ? Avez-vous dû suivre une formation particulière ?

Marjorie Monmoton : Pour arriver à la réalisation de mon entreprise, j’ai intégré l’école des managers. L’ensemble du corps professoral a été formidable. J’ai beaucoup appris en terme de stratégie commerciale, de marketing d’entreprise par exemple. Cela m’a permis de poser les bases et de structurer en amont mon projet d’entreprise. C’est ainsi qu’est né H2M.

H2M, pourquoi ce nom ?

Marjorie Monmoton : H2M, c’est la contraction de hub deux de monde. Hub signifie dans le jargon touristique, point de départ. Le hub de l’aéroport, le point de départ du voyage. 2 Mondes, parce que je suis convaincu que tout va bouger. Au niveau de la façon de voyager, cela a déjà bien commencé depuis quelques décennies et j’ai envie de mélanger le monde des affaires avec celui des loisirs. Les gens ont besoin de se ressourcer. On parle beaucoup de valeurs en société et individuellement, on a besoin de retrouver nos valeurs. On s’est un peu perdu à un moment donné je pense et dans le voyage, on a aussi besoin de se retrouver, de rencontrer des gens, de rencontrer des façons de vivre, de discuter, échanger et partager avec les autres. Même si c’est peut-être parfois pour se rassurer en se disant qu’on n’est pas si mal en France. L’idée d’H2M, c’est de mettre de l’humain dans l’affaire, de retrouver de l’engagement à travers une forme de loisir. Pour aller encore plus loin dans cette idée, j’ai fait appel à une infographiste pour la réalisation du logo H2M, avec des couleurs clairement représentatives de ces idées : le orange pour le dynamisme, la nouveauté, et le rose pour signifier le partage.

H2M est une agence événementielle au service des entreprises en France et à l’étranger, que proposez-vous exactement ?

Marjorie Monmoton : H2M, c’est l’organisation de séminaires de travail ou de formation, de journée de team building, de conseil d’administration délocalisé, de lancement de produit, d’anniversaire, de cocktail (j’ai d’ailleurs travaillé à l’organisation d’un anniversaire d’entreprise pour la rentrée de septembre, ici, en Aveyron), des séjours incentive et des voyages d’agrément pour des groupes constitués de plus de 20 personnes, clés en mains. J’accorde de l’importance à ce que chaque projet soit unique et personnalisé, adapté à des lieux selon la demande et le souhait du client, en France comme à l’étranger. 

Aujourd’hui, vous fêtez les 1 an de H2M, que pensez-vous de cette première année de vie professionnelle en tant que cheffe d’entreprise ? 

Marjorie Monmoton : Une année enrichissante, épanouissante. Jamais je n’aurai cru vivre une expérience pareille ! Je souhaite à plein de monde d’avoir cette chance là. Je ne peux pas dire que j’ai rencontré de difficultés particulières. J’ai été aidée, entourée par des professionnels (cabinets d’experts-comptables, conseillers…) que j’ai rencontrés, et même avant la création de l’entreprise, notamment en adhérant, il y a cinq ans maintenant, au réseau des Dirigeants Commerciaux de France Aveyron (DCF). J’y ai fait des rencontres qui m’ont beaucoup apporté pour que j’y arrive.

Quelle place le mouvement des DCF Aveyron a-t-il pour vous aujourd’hui ?

Marjorie Monmoton : En plus de mon travail de cheffe d’entreprise, le mouvement des DCF Aveyron a, peu à peu, pris également, une place importante. J’ai, en réalité, lancé mon entreprise tout en prenant la présidence des DCF Aveyron à la suite de nombreux encouragements de certains membres. Autant dire que cette année fût un véritable marathon ! Mais je ne regrette rien. Il y a, au sein des DCF, des personnes que je respecte profondément. Pour autant, ma première année de présidence a été également très enthousiasmante avec des événements marquants comme la première édition de DCF Challenge, où deux Aveyronnaises, Ambre Vergniol et Assia Dkhissi, de l’IUT de Rodez, ont gagné la finale nationale. Ou encore le troisième Rendez-vous de la Réussite Commerciale « Osez la Performance » avec les interventions de Messieurs Didier Sirgue (directeur du circuit d’Albi), Alexis Masbou (pilote moto GP) et de Jean Muller (président national des DCF) notamment. Dès cette rentrée, nous préparons d’ores et déjà les 30 ans des DCF, chez nous, en Aveyron.

Aveyron - DCF Aveyron - Marjorie Monmoton - présidente DCF Aveyron
Marjorie Monmoton, présidente DCF Aveyron – Osez la performance – circuit d’Albi juin 2019

Comment s’annonce 2020 pour H2M ?

Marjorie Monmoton : 2020… s’annonce plutôt bien, avec des perspectives de développement de l’entreprise H2M et récemment une première demande d’une entreprise étrangère. La première année s’est suffisamment bien déroulée pour que cela dure. Je ferai en sorte que cela se pérennise, car rien n’est jamais acquis !

Comment avez-vous concilié vie de famille et cette nouvelle aventure professionnelle et associative ?

Marjorie Monmoton : J’ai de la chance d’avoir un mari conciliant et un petit garçon compréhensif. Mais. il ne faut pas se leurrer, cela n’est pas simple. D’autant que créer son entreprise et dans le même temps devenir présidente des DCF Aveyron, c’est un double challenge ! Mais quand mon petit garçon, âgé de 11 ans, me dit : « allez maman, il faut que tu sois cheffe d’entreprise, vas-y fonces ! » vous ne pouvez que sortir le meilleur de vous-même et l’énergie pour avancer ! 

Forte de cette première année en tant que cheffe d’entreprise, quel conseil pourriez-vous donner à un(e) jeune porteur de projet en création d’entreprise ?

Marjorie Monmoton : Du moment qu’on a envie, qu’on se sent avoir les reins solides, qu’on se dit qu’il va falloir bosser plus qu’en tant que salarié (il faut bien aussi avoir conscience de cela !), que l’on a quelque chose au fond de nous qui nous pousse en l’avant… on n’a qu’une vie, il faut y aller ! Rien d’impossible à qui veut entreprendre !

Pour en savoir plus sur les spécificités proposées par Marjorie Monmoton et son entreprise H2M, rendez-vous sur son site internet.