Quelques jours seulement après la rentrée scolaire, voici venue l’heure d’un premier bilan pour l’Inspectrice Académique de l’Aveyron, Armelle Fellahi, et son adjoint Bernard Fressignac.

Des effectifs en légère baisse

Les chiffres définitifs ne seront connus qu’à la fin du mois mais les prévisions prévoient déjà une baisse d’effectifs dans les écoles publiques du 1er degré : 399 élèves en moins, soit 5 postes d’enseignants supprimés pour cette rentrée. « L’an passé, nous étions partis sur des prévisions de 192 élèves en moins et nous sommes finalement arrivés à une perte de 392, soit 10 équivalents temps plein en moins. Nous espérons qu’au final, il n’y aura pas la même proportionnalité pour cette rentrée » analyse Armelle Fellahi.

La Directrice Académique de l’Aveyron, Armelle Fellahi et son adjoint Bernard Fressignac qualifient de « sereine » la rentrée scolaire qui s’achève en Aveyron.@ADN12

Un poste en moins au RPI Privezac-Vaureilles

Si la répartition des effectifs a été bien anticipée dans l’Aveyron pour cette rentrée, quelques ajustements ont du être opérés. Quatre postes ont été créés dans les écoles de Toulonjac, La Fouillade, Saint-Amans-des-Côts et Réquista, auxquels il faut ajouter deux demi-postes à Clairveaux d’Aveyron et à l’école des Narcisses d’Onet-le-Château. A l’inverse, le RPI Privezac-Vaureilles s’est vu confirmer la perte d’une classe; et trois appuis pédagogiques ont été supprimés : un à Anne Franck d’Espalion, un à J. Laroche d’Onet-Le-Château et un à Saint-Rome-de-Cernon.

Ces données étaient connues et ont pu être anticipées. Restaient simplement trois demi-postes à attribuer. Nous avons choisi de les placer dans les écoles où il y avait des classes uniques à 23 ou 24 élèves. C’est le cas de La Capelle Bleys, Soulages Bonneval et Villefranche-de-Panat.

Des écoles en fragilité

Reste que certaines circonscriptions voient le nombre de leurs écoliers chuter ces dernières années. Il s’agit de l’arrondissement ruthénois et du bassin Villefranche-de-Rouergue-Decazeville :

Il y a une dizaine d’écoles concernées par cette baisse. On se rend compte qu’il manque plus de 20 élèves par rapport aux prévisions… Ce sont souvent des écoles classées en REP, dans des quartiers défavorisés où il apparaît que les élèves font rarement la totalité de leur 1er degré dans le même établissement.

Mais Armelle Fellahi veut retenir les côtés positifs de cette rentrée : « aucune école n’a été fermée et surtout le département affiche un taux d’encadrement en hausse : 21,1 élèves par classe, ce qui est mieux que la moyenne de l’académie de Toulouse, qui se situe à 23 ».

Le REP de Decazeville-Cransac a quant à lui bénéficié d’un allègement de ses classes de CP et CE1, qui ne comptent cette année pas plus de 13 élèves.

Rythmes scolaires

Cette rentrée marque aussi le retour massif à la semaine de 4 jours puisque 13 des 25 écoles qui étaient encore sur un rythme de 4,5 jours y ont renoncé. « Au total, il n’y a seulement 12 écoles dans tout l’Aveyron qui restent cette année à 4,5 jours » décrit l’Inspectrice Académique. Petite originalité à Baraqueville puisque sur cette commune, seule une école est restée sur ce rythme de 4,5 jours. Il s’agit de l’école primaire de Lax.

Ecole obligatoire dès 3 ans

Nouveauté cette année, l’école maternelle est devenue obligatoire dès 3 ans. « Ce qui ne change pas grand-chose en Aveyron puisque 99,5 % des enfants de 3 ans étaient déjà scolarisés » assure Armelle Fellahi. « Ce qui change en revanche, c’est l’obligation d’assiduité, qui fait que les familles doivent désormais demander des dérogations pour éventuellement aménager les horaires, par exemple si elles veulent faire faire la sieste à leurs enfants… ».

Priorité à l’école inclusive et aux savoirs fondamentaux

Armelle Fellahi et Bernard Fressignac ont tenu à rappeler les orientations prioritaires de cette rentrée, à commencer par la loi pour une Ecole de la Confiance, qui donne plus de moyens pour l’école inclusive et renforce les liens entre les familles et l’encadrement pédagogique.

Depuis juillet, nous avons mis en place une cellule d’écoute et d’accompagnement pour répondre aux inquiétudes des parents. Elle sera en place jusqu’au mois d’octobre.

Celle-ci est joignable au 05 67 76 53 52 ou par mail à l’adresse : ia12-cabinet@ac-toulouse.fr.

Douze Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisé (PIAL) sont également testés dans une grande partie du territoire aveyronnais pour améliorer l’accompagnement des enfants à besoin particuliers. « Ils permettent d’anticiper la recherche d’accompagnants AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap) et de gagner en proximité, pour le bien de ces élèves, mais aussi pour le personnel lui-même qui va bénéficier de meilleures conditions de travail, avec des heures mieux réparties et des possibilités d’en augmenter la quotité » rappellent les deux inspecteurs académiques.

Comme annoncé, il y aura bien des évaluations en classes de CP (en début d’année et en janvier), ainsi qu’en CE1. « Le but est de situer l’élève dans un processus d’apprentissage pour pouvoir l’accompagner, pas de le noter, tient à rappeler Bernard Fressignac, il s’agit de voir s’il reconnaît les lettres, s’il peut lire des syllabes, des mots… et adapter la pédagogie ». Des évaluations qui auront en tout cas permis de réaliser que les petits aveyronnais ont plutôt de bons résultats sourit Armelle Fellahi :

Le département compte moins d’élèves en difficulté qu’ailleurs. L’Aveyron a même le taux d’écoliers en difficulté le plus faible de l’académie !