C’est un grand classique qui a cette année encore respecté les codes de l’exercice : des enfants cartables sur le dos, des parents qui ont pour certains du mal à lâcher les petites mains de leurs bambins, des écoliers ravis de retrouver les copains et un personnel enseignant sur le pont pour les accueillir. Ce lundi matin était bel et bien celui de la rentrée scolaire…

Le maire à Flaugergues

Le maire de Rodez et son adjointe aux Affaires Scolaires ont choisi le groupe scolaire Flaugergues pour cette rentrée.@ADN12

Autre incontournable : la visite du maire de Rodez, Christian Teyssèdre, à ses petits administrés. Accompagné de son adjointe en charge des Affaires Scolaires, Christine Herr, le premier édile avait choisi cette année de se rendre dans le groupe scolaire Flaugergues, au cœur d’un quartier en plein renouveau.

« Il y a une réorganisation du quartier en cours et l’école va en bénéficier. On l’a déjà décorée avec une fresque dans le cadre du Siècle Soulages, détaille Christine Herr, on va y ajouter de la verdure et l’école aura une cour plus grande en 2020. Le projet sera dessiné en concertation avec les parents et le corps enseignant ».

Une école maternelle et primaire aux effectifs stables (172 élèves) qui accueille une dizaine d’enfants UPE2A : un nouveau dispositif pour les nouveaux arrivants allophones qui ne maîtrisent pas encore le français.

Des projets à venir

Les 16 écoles publiques de Rodez (8 écoles maternelles et 8 élémentaires) n’ont pas bénéficié de grands travaux structurants cet été mais l’éducation reste une priorité selon l’adjointe en charge des Affaires Scolaires : « On a limité les gros travaux cette année car les investissements se sont portés vers la transformation du stade Paul Lignon et la Place de la Cité, mais nous avons des projets pour les prochaines années : des aménagements dans le cadre du handicap à Cardaillac l’an prochain et surtout une nouvelle école à construire à Ramadier, plus fonctionnelle. Ce sera la troisième école de notre mandat » avance l’élue, qui semble se projeter au-delà des élections municipales de 2020.

L’été aura tout de même permis d’entreprendre dans quasiment toutes les écoles des travaux de rafraîchissement et des achats de matériel et fournitures.

Maintien du cap

Tout sourire, le maire de Rodez appréciait quant à lui « ce moment important » :

On maintient le cap en termes d’effectifs puisqu’on perd seulement une quinzaine d’élèves. Une perte qui correspond à une petite baisse des arrivées extérieures. Et surtout on va continuer à se mobiliser autour de l’environnement. Nos cantines font déjà plus de 30 % de bio et circuits-courts et l’objectif est d’atteindre rapidement les 40 %. Pour cela, il faut qu’on règle le problème de l’approvisionnement en trouvant des producteurs durables capables de sustenter nos 1 300 demi-pensionnaires.

Une rentrée scolaire qui semble donc également lancer la rentrée politique, à un peu plus de 6 mois du scrutin municipal…

@ADN12