Football. Margaux Bueno : « On va tout donner pour essayer de remonter »

Les féminines du Rodez Aveyron Football ont repris l’entraînement il y a trois semaines et enchaînent les matchs amicaux. La reprise de la compétition est prévue le 8 septembre, avec un déplacement à Saint Maur. Rencontre avec une des nouvelles recrues, Margaux Bueno, milieu de terrain.

Comment s’est faite votre arrivée à Rodez ?

J’ai passé un an à Grenoble, où cela s’est très bien passé. En fin de saison, le coach a été licencié par le club. Les objectifs avaient changé, donc je cherchais un autre projet. Avant, je jouais à Guingamp. Et je voulais aller dans une équipe de D2, qui cherche la montée en D1. Pour vivre ça. D’où mon choix de Rodez. 

Comment avez-vous vécu votre saison à Grenoble ?

Je me suis bien adaptée, l’équipe était bonne. On avait bien démarré, avec trois victoires. Et puis, on a enchaîné les matchs nuls et les défaites. Ça avait mis un coup au moral à tout le monde, car on sentait que la montée nous échappait. Ça a été une période difficile qui a duré jusqu’à décembre. Après, la coupe de France, nous a permis de nous relancer, et vraiment de créer une cohésion de groupe. On a ressenti de belles choses. On voulait continuer avec ce groupe-là, et avec ses ambitions là. Et en fin de saison, ça a changé. 

Vous parlez de cohésion de groupe. On a toujours vanté l’état d’esprit de Rodez, qui est une de ses forces. Vous l’avez ressenti ?

Oui. Je me suis vraiment bien acclimatée, les filles nous ont vraiment bien accueillies. Ça m’a bien plu. Ça m’a même surprise. J’ai toujours bien été accueillie dans tous les clubs, mais là, c’était différent. Tout le monde a à cœur de faire de belles choses. On essaye de mettre chaque fille dans les meilleures conditions. 

Quels sont tes objectifs pour cette nouvelle saison ?

C’est de prendre un maximum de plaisir, et d’avoir un maximum de temps de jeu. Et essayer d’aider l’équipe au mieux. 

Le club a annoncé vouloir remonter en D1 rapidement. Un objectif que l’on vous a fixé ?

Je pense, que ce soient les filles, le staff, le club, forcément, après 9 saisons en D1, tout le monde a à cœur de remonter, de retrouver le plus haut niveau. Même les recrues sont dans cette optique. On va tout donner pour essayer de gagner le maximum de matchs, et de remonter. 

Vous avez évolué en D2. Comment vous situez Rodez dans ce championnat ?

Ce sont des filles qui jouaient en D1. Donc, le groupe n’est pas un groupe de D2. Après, la D2, c’est un championnat piège. Souvent, contre les grosses équipes, on fait de belles performances, quand on a un bon groupe et un effectif qui permet de remonter. Sur les autres clubs, c’est difficile à jouer. Elles vont rester derrière, elles vont chercher les fautes… à nous endormir, à endormir le jeu. C’est peut-être ça qui va être difficile à gérer. Rodez a toujours été une équipe d’outsiders. Et dans ce championnat là, ça va être le contraire. Toutes les équipes vont nous attendre. Dans les têtes, il faut se dire que ça ne va pas être facile. Tout le monde va vouloir sortir le grand match, face à Rodez.