Saint-Affrique. Le stade de Vendeloves a pris le nom de Vincent Stachetti

A Vendeloves, le maire Alain Fauconnier a dévoilé la plaque « Stade Vincent- Stachetti » avec Emma Stachetti. Ici avec Yohan Stachetti et Sébastien Da ©Le Progrès

La grande famille du foot, et du sport saint-affricain en général, s’est réunie, dimanche 4 août, pour une cérémonie en mémoire de Vincent Stachetti. Le nom de cette figure regrettée du SSA a été donné au stade de Vendeloves.

« Stade Vincent-Stachetti, militant associatif et humanitaire ». C’est le nouveau nom du stade de Vendeloves. Figure du Stade saint-affricain, Vincent Stachetti, décédé le 7 novembre 2012 (lire ci-dessous), a laissé un excellent souvenir à ceux qui l’ont côtoyé tant sur les terrains de foot, dans l’encadrement des équipes et des jeunes, comme éducateur et formateur, que dans d’autres engagements moins connus.

Dimanche 4 août, après avoir dévoilé la plaque en bordure du stade avec Emma, l’épouse de Vincent, c’est cette facette que le maire de Saint-Affrique a souhaité rappeler à la nombreuse assemblée composée de membres et amis du SSA, et d’autres associations sportives, ainsi que de la famille Stachetti. « Aujourd’hui,
nous évoquons le souvenir d’un personnage qui aidait discrètement avec Electriciens sans frontières », indique Alain Fauconnier. « Quelqu’un de passionné et de passionnant, extrêmement attaché à aider les autres. Il partait à Saint-Louis au Sénégal pour y mettre de l’électricité par le biais de système solaire. C’est pour cette raison que j’ai souhaité qu’on mette militant associatif mais aussi humanitaire. »

Une foule composée de membres et d’amis du Stade saint-affricain, de licenciés d’autres associations et de la famille de Vincent Stachetti a assisté à la cérémonie.

« Vincent était un bon footballeur, mais aussi un homme bon »

Et d’ajouter :

Cette plaque va permettre à la famille qui a connu cette peine, aux camarades qui ont joué avec lui et surtout aux petits joueurs qui vont venir ici de voir qu’on peut être militant associatif dans cette ville et aussi appréhender la misère du monde. Et amener ainsi sa petite contribution. Vincent était de cette trempe là. Il nous manque à tous et aussi à des gens très loin à qui il a rendu d’éminents services. Vincent était un bon footballeur, mais aussi un homme bon.

Soulignant la séparation trop précoce et trop brutale, « il y a déjà 7 ans » avec Vincent, Benoît Rouquet, membre du bureau du SSA, a ajouté : « Je voudrais que l’on retienne de toi que tu étais un formateur avant tout. Educateur, fédérateur, protecteur avec tout le monde, ta famille et tes joueurs. Tu aimais rendre hommage aux ancêtres, alors aujourd’hui c’est normal qu’on te rende hommage. Tu disais que dans la vie, on est comme sur un terrain de foot. Tu étais rigoureux, volontaire,  généreux. Avant tout, quelqu’un de bien, de bon et de généreux. »

Une grande partie de la famille Stachetti pose devant la plaque apposée en l’honneur de Vincent.

« C’est un très grand honneur qu’on lui fait »

Sébastien David, vice-président du Conseil départemental et conseiller municipal de l’opposition, a évoqué « la grande reconnaissance du travail accompli sur ce stade en tant que joueur et éducateur et les valeurs du foot et du SSA portées par Vincent Stachetti » avant de s’adresser à la famille : « Vous devez avoir une belle fierté que votre époux, votre papa, donne son nom au stade. Tous les gens qui viendront fouler ce stade verront cette plaque au souvenir de votre époux et de votre papa. » Nicolas Libourel, président du SSA, s’est dit « heureux » qu’il y ait autant de monde pour rendre hommage à Vincent « qui a marqué beaucoup de gens au club, moi le premier ». Il a ensuite invité à une minute d’applaudissements en la mémoire de Vincent Stachetti et du joueur du SSA Benoît Costes (décédé lors d’un malaise, dimanche 28 juillet, à l’âge de 45 ans).

« C’est un très grand honneur qu’on lui fait », a déclaré, très émue, Emma Stachetti, entourée de sa famille, Yohan son fils avec sa compagne Delphine Hérard et leurs deux petites filles Lily et Miyia, Tatiana sa fille, ainsi que les frères et sœurs de Vincent.

Tous les intervenants ont loué les qualités humaines et l’engagement pour les autres du regretté Vincent Stachetti.

Vincent Stachetti, une passion pour le ballon rond

Le 7 novembre 2012, au stade de Vendeloves, Vincent Stachetti, 61 ans, a été victime d’un malaise mortel à la fin de l’entraînement de l’équipe des vétérans du Stade saint-affricain. Après avoir joué à Bagnols, puis à Orange en 3e division, Vincent Stachetti a rejoint l’équipe fanion du SSA en 1989, lorsqu’il est venu travailler à l’Ecole des métiers EDF de Saint-Affrique. Avec la bande de Patrick Papin, il a remporté la coupe de l’Aveyron contre Onet-le-Château et a connu deux accessions en championnat (excellence à promotion de ligue, puis promotion de ligue à promotion d’honneur).
Plus tard, il a été entraîneur d’équipes jeunes, puis de l’équipe première avec laquelle il a connu une nouvelle montée de promotion de ligue à promotion d’honneur.
Sa passion pour le foot ne l’a jamais quitté et il prenait toujours plaisir à jouer au ballon avec ses amis de l’équipe des vétérans. Vincent Stachetti était également un adepte de la plongée sous-marine qu’il pratiquait souvent en Espagne. Et il effectuait des voyages humanitaires au Sénégal avec l’Organisation non gouvernementale Electriciens sans frontières.

Vincent Stachetti, figure du SSA, est décédé, le 7 novembre 2012, en s’entraînant avec les vétérans.