Les touristes « marchent sur les planètes » et « font mandarelle » à Rodez

Francis Gayraud "raconte" la Mandarelle. @ADN12

Rodez. Place de la Cité, un mardi 13 août après-midi… des touristes, parfois des aveyronnais, ont choisi de flâner dans les rues du piton ou pour certains d’escalader le plus haut clocher plat de France. A l’occasion de ses visites guidées, l’Office de Tourisme les accueille pour une dégustation du gâteau emblématique de l’Aveyron : la Mandarelle. L’un de ses créateurs Francis Gayraud, enseignant en pâtisserie à Rodez, en retrace l’origine pour ses visiteurs.

La mandarelle est au départ la petite cloche située sous une flèche au-dessus du toit de la cathédrale, au croisement du transept et de la nef. Et cette cloche sonnait à seize heures chaque jour jusqu’au XIXème siècle. L’heure du goûter était là et les ruthénois d’alors cessaient leurs activités « per far mandarèla » en occitan, c’est-à-dire manger un morceau et boire un verre.

La mandarelle de la cathédrale

Une rosace pour les gourmands

Aussi, quand la Jeune Chambre Economique de l’Aveyron décide de créer un gâteau emblématique de la ville de Rodez il y a deux ans, elle choisit de se « raccrocher » au monument le plus connu de la ville : la cathédrale de grès rose que « l’on voit de trente lieues » selon  le poète François Fabié.

La rosace ouest

Avec l’aide de Clément Battut et Ghislain Magre, pâtissiers et de Francis Gayraud, ils vont créer cette nouvelle recette originale.

Après avoir hésité sur une taille individuelle, nous avons choisi finalement la taille gâteau collectif pour environ six personnes. Plus convivial, plus transportable.

Une moule spécial est créé, qui représente la rosace de la façade ouest de la cathédrale. Les ingrédients sont 100 % locaux : la farine vient de Belcastel et du moulin de Coudoustrines, les pommes sont de Pruines… A cela s’ajoutent des noisettes caramélisées et de la crème de marrons, pour une recette inspirée du financier. De quoi mériter le logo « Fabriqué en Aveyron ».

Devant ce succès, une association est créée: la Mandarelle, sous la présidence de Mathieu Ginestet. Deux nouvelles pâtisseries la rejoignent et proposent aussi le gâteau à la vente : la pâtisserie Pascual , boulevard d’Estournel, et l’Etoile des Pains dans la rue Béteille.

le gâteau Mandarelle

La Mandarelle dans les bagages ?

Aujourd’hui largement adoptée par les ruthénois , la Mandarelle semble séduire aussi les touristes venus la déguster à la descente du clocher.

Je n’aime pas les marrons, et j’avais du coup peur de ne pas aimer le gâteau, confie Valérie, de Charente-Maritime, mais en fait c’est si bien mêlé avec les noisettes et les pommes , que j’ai adoré !

Une raison de plus de revenir dans le département qu’elle fréquente chaque été. Des étudiantes italiennes de Milan semblent apprécier aussi la recette.

Facilement transportable et conservable près de dix jours, c’est un excellent souvenir gourmand à ramener pour ces touristes, assure Francis Gayraud.

Ces dégustations menées fin juillet et début août se poursuivent  mardi 20 août de 14 à 16 heures à l’Office de Tourisme. L’occasion d’une découverte gastronomique de la Mandarelle mais aussi pour les plus curieux de « marcher sur les planètes » de la cathédrale , d’admirer de plus près la dentelle ciselée du clocher et de découvrir son histoire.

Où trouver la Mandarelle à Rodez ?

Pâtisserie Clément, 3 rue d’Armagnac

La pyramide de montagne, 15 rue du Touat

Pâtissarie Pascual, 1 bd d’Estournel

L’étoile des pains, 2 rue Béteille