26e Challenge Armand-Vaquerin – Interview de Franck Vaquerin

« En 2023, année de coupe du monde de rugby en France, le challenge Vaquerin fêtera ses 30 ans », souligne Franck Vaquerin. ©Le Progrès

Franck Vaquerin, vice-président de l’association du Challenge Armand-Vaquerin, est en charge du volet sportif de l’évènement éponyme rugbystique de l’été : « Pouvoir “taper” sur l’épaule des joueurs pro et discuter cinq minutes avec eux, c’est l’esprit du challenge »

Pour lui, l’esprit originel du « Vaquerin » est « toujours là », il n’est qu’à voir les contacts facilités entre rugbymens pro ou semi-pro et le public en bord des terrains de Saint-Affrique, Camarès et Lacaune. Cet amoureux du ballon ovale raconte les coulisses de cette 26e édition qui aura lieu du 7 au 15 août.

La 26e édition du challenge Vaquerin pose, comme chaque été, ses valises en Sud-Aveyron et dans le Tarn. L’esprit des débuts est-il toujours là ?

Franck Vaquerin : Oui, même si on a tendance à penser qu’il s’évapore un peu. Pour nous, Armand (son oncle regretté, dix titres de champion de France à son actif, NDLR) est toujours là et on essaye d’amener ce rugby là sur des petits terrains comme Saint-Affrique, Camarès ou Lacaune.
Aujourd’hui, on a la chance de pouvoir assister à tous les entraînements des équipes, de venir aux matchs et de pouvoir approcher les joueurs. Pouvoir leur
taper sur l’épaule et discuter cinq minutes avec eux. Et ils prennent le temps. Là, on est vraiment dans l’esprit du challenge.
Impossible de faire ce genre de choses sur les journées du championnat ou pire encore sur les Coupes d’Europe où les choses sont beaucoup plus verrouillées.

Quelles sont les nouveautés et les équipes phares de cette manifestation sportive ?

On essaie de communiquer différemment avec les outils modernes. Avec les journaux, des interviews et de l’actu, et la promotion même du challenge sur les réseaux sociaux. Chaque année, nous proposons une équipe « inédite ». Après le Canada l’an passé, nous accueillons cette année celle de Bristol. C’est une première. Cette équipe située en milieu de tableau anglais a de grosses ambitions. Le coach principal (le Néo-Zélandais Pat Lam, NDLR) est notamment passé en tant que joueur pro par Northampton Saints. Il est bien assis dans le rugby anglais (à Bristol donc et aussi chez les Barbarians, NDLR).

Capó du Castres olympique en tête d’affiche

Est-ce facile de faire venir des équipes pro ou semi-pro au pays de la brebis ?

On y arrive même si depuis deux ou trois ans, les équipes font de moins en moins de matchs de préparation, en privilégiant ceux organisés chez elles.
Au « Vaquerin », nous avons la chance d’avoir des clubs installés pas très loin, Castres ou Montpellier, et d’autres, qui nous font confiance. Ils viennent jouer ici. Ça leur permet certainement de drainer leurs supporters, tout en faisant plaisir aux Sud-Aveyronnais et aux Tarnais. Et de les fidéliser pour la saison dans leur stade.

Y a-t-il des « stars » du ballon ovale annoncées sur les pelouses des stades locaux ?

2019 est une année de coupe du monde. Les internationaux seront pris par les équipes nationales. Mais il y en aura toujours quelques-uns ici : pour Montpellier (MHR) Benoît Paillaugue ; pour Colomiers, une nouvelle recrue italienne (le demi de mêlée international Edoardo Gori, NDLR). On espère vraiment la présence de Capó (l’Uruguayen Rodrigo Capó Ortega, deuxième ligne emblématique du Castres olympique avec deux boucliers de Brennus à son actif en 2013 et en 2018 en tant que capitaine). En plus, il a quasiment annoncé que ce serait sa dernière saison. En clin d’œil, on en a fait notre tête d’affiche. C’est aussi quelqu’un qui représente vraiment l’esprit du challenge. C’est le « local » du challenge. Il a débarqué à Millau avant de jouer à Castres depuis 2002.

 

500 personnes mobilisées pour la réussite du Vaquerin

Combien de personnes sont-elles mobilisées pour la réussite du 26e Vaquerin ?

L’association du challenge compte 23 personnes qui se réunissent toute l’année. Pour les jours J, nous nous faisons aider par les associations locales, les Pastres fournissent entre 35 et 40 bénévoles sur chaque site, et ensuite les clubs locaux assurent les buvettes et les repas avec une centaine de bénévoles à chaque fois. En tout, 500 personnes nous aident et on en a bien besoin. Sans oublier les collectivités qui jouent le jeu, avec de beaux terrains, et les partenaires que nous rassemblons lors de la soirée dédiée à Roquefort. Et nous aurons encore des arbitres de premier plan qui officient sur les rencontres.

Où voir les clubs s’entraîner ?

Les entraînements se feront sur le stade municipal et sur le stade de Vendeloves. L’équipe de Nevers sur le municipal à Saint-Affrique à partir du lundi 5. Celle de Mont-de-Marsan, à Vendeloves, à partir du mardi 6 après-midi. Colomiers arrive le mercredi 7. Les Anglais de Bristol seront logés à Cap Vert. Ils arrivent le dimanche 11 et s’entraîneront sur le stade municipal. Castres et Montpellier feront l’aller-retour pour les matchs, Agen aussi, tout comme Carcassonne et Albi. Blagnac restera une nuit à Lacaune. Nous sommes malheureux qu’Albi n’ait pas réussi dans sa quête de la montée en Pro D2, mais très heureux qu’ils aient été repêchés et puissent continuer en Fédéral 1. En espérant que cette année soit la bonne pour eux.

Comment voyez-vous l’avenir du Vaquerin ?

On vit les challenges les uns après les autres avec l’objectif d’arriver jusqu’en 2023, année de la coupe du monde de rugby en France. Ce serait bien de faire un beau challenge cette année-là, d’autant plus que nous fêterons alors notre 30e édition.

Propos recueillis par Benoît GARRET

De belles rencontres au programme du 26  e Challenge Vaquerin, avec les rugbymen de Castres (ici face aux Anglais de Sale Sharks l’an passé) mais aussi Montpellier, Agen... et les Anglais de Bristol.

Le programme du Vaquerin

Le programme du grand rendez-vous rugbystique de l’été en Sud-Aveyron et dans l’Est du Tarn est calé.
La 26e édition du challenge Armand-Vaquerin, théâtre des dernières préparations de la saison, s’ouvrira mercredi 7 août, à partir de 19 h 30, par la soirée des partenaires à Roquefort-sur-Soulzon.

Du côté des oppositions sportives, pour les trois journées proposées, à Saint-Affrique, Camarès et Lacaune, l’équipe du Vaquerin a invité des équipes de Top 14, de Pro D2 et de Fédérale 1, ainsi qu’une équipe du championnat d’Angleterre.

Jeudi 8 août à Saint-Affrique : 18 h, Colomiers (Pro D2) / Nevers Pro D2) ; 20 h, Castres (Top 14) / Mont-de-Marsan (Pro D2). Ouverture des portes à 16 h.

Vendredi 9 août à Camarès : 16 h 30, Pays d’Aix (Pro D2) / Carcassonne (Pro D2) ; 18 h 30, Agen (Top 14) / Montpellier (Top 14). Ouverture des portes à 15 h.

Jeudi 15 août à Lacaune : 16 h, Albi (Fédéral 1) / Blagnac (Fédéral 1) ; 18 h, Castres (Top 14) / Bristol (championnat d’Angleterre). Ouverture des portes à
14 h.

Tarifs : 15 € par journée (gratuit pour les moins de 14 ans sur présentation d’une pièce d’identité) ; carte des amis du challenge à 50 € avec entrée aux matchs des trois journées et accès à la soirée des partenaires.
La billetterie est en ligne sur le site www.challengevaquerin.fr et aussi en place dans les offices de tourisme de Saint-Affrique, Roquefort, Lacaune et Castres.