Villefranche-de-Rouergue. Des menaces de mort et des violences devant le tribunal

©ADN12

Tout juste sorti de prison, un homme de 35 ans y est retourné, mardi 23 juillet, accompagné de son « rival » avec lequel ils ont eu de nombreux différents dans le centre-ville de Villefranche-de-Rouergue.

Deux hommes âgés de 35 et 24 ans comparaissaient, ce mardi 23 juillet, devant le tribunal de Rodez.

Les faits ? « Ubuesques et stupides » pour le ministère public. L’histoire remonte à plusieurs années. « Cinq ans » d’après le plus jeune. C’est un conflit familial entre ces deux individus qui aurait entraîné plusieurs rixes et plusieurs menaces de mort.

Une rixe réunie une trentaine de personnes

Le plus âgé, déjà incarcéré à la suite de violences sur des membres de la famille de « son rival » est sorti de détention il y a tout juste un mois. Loin d’être calmé, il est revenu à la charge rue de la République à Villefranche-de-Rouergue, le 1er juillet. Il s’en serait pris à la belle-mère du second prévenu à l’aide d’une chaise. Une rixe qui aurait réuni une trentaine de personnes. 

Face à ces accusations, l’homme âgé de 35 ans s’énerve et nie en bloc. Mais les témoignages recueillis ne penchent pas en sa faveur. Pire, dix jours plus tard, rebelote. À nouveau dans la rue de la République, il s’en prend à nouveau à la même famille et les insultes fusent. Lorsque le tribunal lui demande le pourquoi de ces violences, l’intéresse répond : « Je suis là pour m’expliquer. Pour qu’ils arrêtent de nous embêter et de se moquer. Qu’ils arrêtent de parler. » 

Le second prévenu, plus jeune, explique vivre dans l’inquiétude depuis plusieurs années. Il a alors décidé de se faire justice lui même en se procurant des armes de défense. Et le 12 juillet, il aperçoit l’homme à l’origine du conflit assis dans un bar. Ce dernier lui adresse un doigt d’honneur. Il décide alors de lui tirer dessus à l’aide d’une arme qui propulse des balles en caoutchouc alors que le bar est rempli d’autres individus dont des enfants. Sa « cible » est touchée à l’avant-bras et la deuxième balle ne touchera personne. 

Dix-huit mois de prison

Les forces de l’ordre mettront fin au conflit en interpellant les deux individus dès le lendemain. Plusieurs stupéfiants et d’autres armes seront retrouvés chez le plus jeune.

Une affaire qui, pour le ministère public, aurait pu finir en cour d’assises au vu de la violence qui allait en crescendo. 

Le tribunal suivra en grande partie les réquisitions du parquet. Les deux individus seront chacun condamnés à 18 mois de prison ferme assortis d’un mandat de dépôt et d’une interdiction de détenir une arme durant dix ans. Le plus âgé a également écopé d’une interdiction de séjour dans l’arrondissement de Villefranche-de-Rouergue durant trois ans.