Aveyron. La grève des pompiers est reconduite

Malgré la grève, les pompiers restent disponibles 24h/24 et 7j/7. ©Fabrice Lacan

Les propositions du président du conseil d’administration du Sdis (Service départemental d’incendie et de secours), Jean-Claude Anglars, n’ont pas suffit pour faire cesser la grève des pompiers aveyronnais qui a été reconduite jusqu’au 31 août.

La grève des pompiers de l’Aveyron qui est suivie par les syndicats Force Ouvrière et CGT du SDIS de l’Aveyron suite à l’appel national, a été renouvelée. En cause : le manque d’effectifs à venir.

Un nombre grandissant d’appels

Lors de l’appel national à la grève déposé par sept syndicats de sapeurs-pompiers, c’est la réduction des moyens humains et financiers qui a été montré du doigt, alors même que le nombre d’interventions se multiplie (+ 12 % de 2014 à 2018). Cette augmentation est due au manque de personnel dans les services publics de secours qui entraîne le report des appels d’urgence sur les casernes de pompiers. En effet, ceux-ci sont beaucoup plus disponibles pour se déplacer que la police ou les ambulances, surtout en zone rurale. « Nous sommes le dernier service public », constate Emmanuel Causse, délégué FO.

Les services civiques, ce soutien invisible

Les services civiques, au nombre de onze dans le département de l’Aveyron, ont les mêmes plages horaires et les mêmes tâches d’intervention sur place que les pompiers professionnels. Les casernes s’appuient donc sur ces jeunes entre 16 et 25 ans qui s’engagent pour huit mois dans des missions en faveur de la collectivité, pour remplacer des pompiers professionnels. Mais au mois d’octobre, la donne va changer : l’agrément de service civique sera modifié, rendant impossible les mêmes activités d’intervention pour les pompiers professionnels que pour les services civiques. Or, sans le soutien de ces jeunes, les équipes en intervention vont se retrouver fortement réduites et rien n’est prévu pour remplacer ces postes par des embauches de professionnels.

En plus de ce manque, les équipes aveyronnaises ont appris que le nombre minimum imposé de pompiers présents en caserne sera augmenté d’une personne. Rappelons également que les pompiers de l’Aveyron, en plus de gérer les déplacements sur le département, sont aussi appelés en renfort dans l’Aude ou l’Hérault. Les syndicats FO et CGT réclament donc une ouverture de 25 postes pour le département, ce qui permettrait de maintenir à flots les effectifs.

Malgré la grève, les pompiers restent disponibles 24h/24 et 7j/7 pour cette période estivale de forte mobilisation des équipes, aussi bien pour les évènements touristiques que pour des départs de feux.