Sud-Aveyron. L’Inao refuse l’AOP au pérail

La production du pérail représente plus de 1.000 tonnes chaque année. © DR

Douche froide pour l’association Pérail qui se bat depuis depuis 25 ans pour la reconnaissance du fromage aveyronnais en AOP. L’avis rendu par l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) est négatif.

Le dossier de l’AOP pérail s’arrête là. L’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) a recalé la semaine dernière la demande d’Appellation d’origine contrôlée (AOP) du fromage aveyronnais à pâte molle. Le cahier des charges, qui a été remis au comité national de l’Inao au début du mois de juin, n’aura pas su convaincre son jury. Le dossier a été travaillé des années durant par l’association de promotion et de défense du pérail, créée en 1995 dans le but de faire acquérir cette reconnaissance à ce symbole du terroir aveyronnais. « On n’a pas encore eu d’écrit officiel, on attend donc fin juillet de connaître les raisons de ce refus », réagit Sophie Lucas, animatrice de l’association. Entre autre, ce cahier des charges contenait un slogan, une histoire, la fabrication du fromage ou encore une zone de production bien définie. Pour rappel, la production du pérail représente plus de 1.000 tonnes chaque année, dont 17 % envoyés à l’étranger. L’AOP, outre sa fonction de reconnaissance d’un savoir-faire, aurait grandement pu faire grimper ces volumes. Reste comme repère pour le consommateur, le logo de la marque « identité pérail », garant d’un produit au lait entier de brebis de race Lacaune.