Aveyron. Coupable de seize cambriolages, un homme condamné à huit ans de prison

L'affaire a été jugée au tribunal correctionnel, ce mercredi 3 juillet. ©ADN12

Les magistrats ruthénois ont condamné un quadragénaire à huit ans de prison, ce mercredi 3 juillet. Il s‘était rendu coupable de seize cambriolages entre avril 2018 et mars 2019.

Il réalisait le même mode opératoire à chaque cambriolage. Un homme d’une quarantaine d’années, originaire du Monténégro et très défavorablement connu de la justice dans plusieurs pays européens, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Rodez, ce mercredi 3 juillet.  

Entre avril 2018 et mars 2019, il a été l’auteur d’au moins seize cambriolages dans les mairies de petites communes qui disposent de bureaux de poste : La Salvetat Peyralès, Brusque, Palmas d’Aveyron, Florentin La Capelle, Golinhac, Ségur, Gabriac, Le Bas Ségala…

Jamais mis les pieds en Aveyron

En plus de cambrioler les coffres-forts, il a commis de nombreuses dégradations au sein des établissements, comme à Ségur où il a fracturé huit portes. S’il conteste les faits, tout un faisceau d’indices a permis son interpellation le 5 juin, dans le Gard. Il indique n’avoir jamais mis les pieds en Aveyron et explique la présence de son véhicule et de son téléphone dans le département parce qu’il « loue » sa voiture et laisse son mobile dedans pour « géolocaliser » son bien, de peur qu’on le lui vole.

Son ADN, celui de son fils retrouvé dans un coffre-fort à son domicile ou encore des paires de gants permettront au ministère public de requérir une peine de six ans de prison ferme. Le prévenu, qui ne dispose pas de titre de séjour, a déjà été condamné à une peine de six ans de prison, en 2010 par le tribunal de Bordeaux pour des faits similaires.

Il a finalement écopé de huit ans de prison ferme avec mandat de dépôt et des sommes allant de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros à régler pour le préjudice subi par les parties civiles. « Huit ans pour quelque chose que je n’ai pas fait », s’indignera le prévenu avant d’être conduit à la maison d’arrêt de Druelle.