Millau. Un nouvel entraineur et une recrue expérimentée pour le SOM Football

Jean-Charles Gonzalès, Benoît Cuturello, Lamine Diedhiou et Philippe Mallaroni. ©ADN12

Hier soir au Parc des Sports, le président Philippe Mallaroni, qui a annoncé qu’il quittait ses fonctions, a présenté le nouvel entraineur et une recrue « vedette », qui auront pour mission de faire remonter le club en R3 dès cette saison.

L’actualité est chaude au SOM Football ! Alors que le club redescend en division départementale après une saison ratée en R3, alors que le président du club, Philippe Mallaroni, a annoncé qu’il ne se représenterait pas lors de l’assemblée générale du lundi 1er juillet (18h au Parc des Sports), suivi par son vice-président Benoît Cuturello, et alors que le club reçoit ce vendredi soir à la salle des fêtes tout le Gotha du football régional à l’occasion de l’assemblée générale des clubs de la Ligue de Football d’Occitanie (quelque 1200 clubs seront représentés !), la vie suit son cours…

Jean-Charles Gonzalès, nouvel entraineur de la Une

Jeudi soir, à quelques jours de la fin de leur mandat, Philippe Mallaroni et Benoît Cuturello ont donné rendez-vous à la presse pour présenter en premier lieu le nouvel entraineur de l’équipe première, Thierry Leroy ayant été remercié en fin de saison après ce retour express en Départementale 1, véritable coup d’arrêt dans le projet initié il y a trois ans par Philippe Mallaroni, qui évoquait alors, en souriant (ou pas ?), la National 3.

« Les ambitions initiées par moi-même il y a trois ans continuent, assure Philippe Mallaroni, même si sportivement nous n’avons pas eu le résultat espéré. En étant encore en situation de convalescence, on pouvait aussi s’attendre à ce type de désagrément ».

Comme pour laisser les choses en ordre de marche avant l’arrivée d’une nouvelle équipe dirigeante, et toujours dans cette « volonté de toujours repartir de l’avant », un nouveau coach a donc été trouvé. Une recrue en interne, puisque c’est Jean-Charles Gonzalès, qui aura pour mission de faire remonter au plus vite l’équipe fanion en R3.

Jean-Charles Gonzalès, c’est 20 années passées au S.O.Millau, une première expérience de cinq ans en tant qu’entraineur (dont une année entraineur adjoint) de la Une à partir de 1992 dans ce qui était alors la Division d’Honneur (R1 aujourd’hui), une expérience de trois ans à Saint-Affrique, et un retour à Millau, « le club de mon cœur », à la formation. Il a notamment entraîné les U15 pendant trois ans en les conduisant à l’accession en R2. Il s’occupait cette saison de la classe foot avec Sébastien Breton.

« C’est un entraineur dans lequel j’ai toute confiance, assure Philippe Mallaroni. Je le connais pour l’avoir vu en œuvre avec les U15, je l’ai vu à l’entrainement, c’est un type de coach que j’apprécie. Il va tout donner pour réussir sa mission. »

« Je ferai tout pour redorer le blason du club et pour essayer de concrétiser le projet », Jean-Charles Gonzalès a répondu comme en écho.

Une recrue expérimentée

Le nouveau coach de l’équipe Une ne part pas vraiment dans l’inconnu. Alors qu’aujourd’hui, seulement deux joueurs ont annoncé qu’ils quittaient le club (le gardien pour raison personnelle, et un arrière latéral pour raison sportive), six recrues ont déjà été trouvées. Cinq d’entre elles, qui seront présentées à la rentrée, viennent du crû, de différents clubs satellites à Millau.

La sixième a été présentée hier, juste avant sa signature officielle.

Signature de contrat entre Philippe Mallaroni et Lamine Diedhiou, sous les yeux de Jean-Charles Gonzalès.

Il s’agit de Lamine Diedhiou. Un attaquant clé arrivé de… Saint-Affrique, après après connu le haut niveau pour avoir évolué pendant quatre saisons à Créteil, équipe avec il a été sacré champion de National en 2012/2013 et avec qui il a essuyé les bancs de la Ligue 2 en faisant des piges avec l’équipe Une pendant deux saisons.

Avec ses 1,83 m et ses 80 kg de muscles, Lamine Diadhou, joueur expérimenté de 31 ans, est une recrue de choix pour renforcer le front de l’attaque des gantiers. Que ce soit en CFA avec l’UJA Maccabi Paris ou Colomiers, ou en DH et National avec Créteil (où il a été caché par Jean-Luc Vassur, actuel entraineur des filles de l’OL, NDLR) et Les Ulis, l’attaquant originaire de Région parisienne a toujours été parmi les meilleurs marqueurs de son équipe.

« On ne peut pas imaginer faire une grande équipe sans un grand joueur », souligne Philippe Mallaroni. Et Lamine est un leader qui est capable d’apporter un vrai plus par son expérience. Notre club a beaucoup de jeunes qui ont besoin de se former, et ils vont pouvoir bénéficier de son expérience. »

« Je sais que j’arrive dans une équipe jeune, avec quelques joueurs plus expérimentés, je sais ce qu’on attend de moi, assure l’intéressé. C’est le genre de challenge qui me plait, et ce sera une nouveauté pour moi de découvrir cette division… »

Et avant même qu’on ne lui pose la question, Lamine Diedhiou balaye le problème d’un revers de main :

C’est vrai que j’aurais préféré jouer en Régionale. J’avais d’autres choix, des offres plus intéressantes au niveau sportif et financier, mais j’ai donné mon accord au président, et je suis un homme de parole. Si je suis ici aujourd’hui, c’est grâce au président, et je suis là pour me mettre au service du coach et de l’équipe.

« Lamine souhaite s’ancrer à Millau, assure Jean-Charles Gonzalès. Il pourra apporter ses compétences aussi en tant qu’éducateur… »

Car si le club millavois a consenti à « faire des efforts » pour attirer son nouvel attaquant, un rôle dans le staff à la fin de la carrière du joueur aurait fait pencher définitivement la balance…

——————————

Partira ? Partira pas ?

« J’ai besoin de confiance, de grande confiance, et je ne veux pas dévier d’un iota mon projet », a déclaré Philippe Mallaroni au sujet de l’annonce de son départ. « Cela ne veut pas dire que je suis obstiné, que je n’entends pas à droite et à gauche. Je suis intransigeant, je suis un bloc, mais ce bloc, il peut entendre. Mais quand on dépasse la ligne jaune et qu’on s’adresse à moi sans filtre, on prend un retour ». Nous n’en saurons pas plus. Si ce n’est que cet amoureux du football est titillé par certains au sein du club, à commencer par Jean-Charles Gonzalès, pour qu’il revienne sur sa décision.

« L’histoire ne dit jamais vraiment adieu. L’histoire dit, « À plus tard » ». C’est en citant l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano que le président Philippe Mallaroni a semé la graine du doute…