Millau. Hugues Richard : « Où est la démocratie dans tout cela ? »

Hugues Richard, ancien conseiller municipal. ©DR

Hugues Richard réagit à la plainte pour diffamation à l’encontre de Frédéric Fabre, conseiller municipal de l’opposition. Ce dernier comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Rodez, accusé de diffamation par la majorité et l’ancien directeur de cabinet du maire, François-Xavier Monidol, lors d’un conseil municipal en novembre dernier.

Hugues Richard, ancien adjoint en charge des sports de la Ville de Millau, ancien champion de VTT et secrétaire régional du SNAPS, a récemment été informé de la plainte pour diffamation à l’encontre de Frédéric Fabre, conseiller municipal de l’opposition.

Ce dernier a été convoqué hier devant le tribunal correctionnel de Rodez pour des faits qui remontent au mois de novembre dernier. Lors d’un conseil municipal, il aurait tenu des « propos diffamatoires » envers l’ancien directeur du cabinet du maire de Millau, François-Xavier Monidol.

Hugues Richard, qui a écouté les enregistrements de ce conseil municipal, souhaite donner son sentiment sur cette affaire. Rappelons qu’il a quitté ses fonctions en début d’année.

« Je souhaiterais intervenir pour donner suite à une information qui m’a été communiquée ce matin. J’ai appris que monsieur Frédéric Fabre, conseiller municipal élu de l’opposition, a été mis en examen et a comparu hier devant le tribunal de Rodez, pour des propos tenus en conseil municipal.

J’ai écouté les bandes du conseil municipal en question, en tant qu’adjoint en charge des sports au moment des faits. Je n’ai ni entendu ni lu dans les propos de monsieur Frédéric Fabre, une réelle envie de nuire.

Monsieur Fabre est quelqu’un d’agréable en conseil municipal, qui aime faire de l’humour et qui n’est pas médisant, loin de là !

J’ai vraiment le sentiment que le plaignant a été poussé à mener cette affaire en justice pour d’obscures raisons politiciennes.

Il me semble que la politique, surtout au niveau local, devrait montrer une autre image que celle-là ! Ne nous étonnons pas si les gens et notamment les jeunes se désintéressent totalement des problèmes de notre société.

Les conseils municipaux à venir jusqu’à la fin du mandat de monsieur Christophe Saint-Pierre vont être bien tristes, si au moindre écart de langage, l’opposition vit sous la crainte d’une poursuite judiciaire.  

Je m’interroge et je me demande où est la démocratie dans tout cela ? »