Saint-Affrique. La valse des sujets de philosophie est allée bon train au lycée Jean-Jaurès

Laurie, Tanguy, Thomas, Jolan et Lorie et Alexia (au premier plan) soulagés à la sortie de l’épreuve de philosophie du lundi 17 juin.

Lundi 17 juin, un petit air d’été soufflait sous le préau du lycée Jean-Jaurès. Mais contrairement aux apparences, l’heure du farniente n’avait pas encore sonné. Pour cause, la fameuse épreuve de philosophie pour les séries Economique et social (ES), Littéraire (L), et scientifiques (S) et technologique, qui a suscité de vives conversations à la sortie des salles d’examens.

Sur les coups de 11 h 20, Laurie Pailhous, Jolan Veyrac et Thomas Erbetta, (S) et Lorie Crassous et Alexia Félix (ES) faisaient le point sur leur performance du jour. Et les premières questions fusaient :

Quel sujet tu as pris ? Qu’est ce que tu as fait comme plan ?

« On avait le choix entre trois sujets : La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ? » ; « Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?”, et un commentaire sur un texte de Freud sur les sciences et la religion », précise Thomas.

« Carpe diem », une valeur sûre

Shaïna Arnold et Manou Muller-Wille, en terminale L, ont opté pour la question « Est-il possible d’échapper au temps ? ». Ils comparent leur production, bâtie autour de l’incontournable méthode « thèse, anti-thèse, synthèse » : « J’ai parlé du fait que l’homme essaye d’échapper au temps parce qu’il est mortel, en cherchant notamment à se divertir », lance Shaïna. « J’ai évoqué la notion de mémoire qui sert à ne pas oublier le passé, et au fait qu’échapper au temps est vain, parce que ce n’est pas de notre ressort », poursuit Manou. En synthèse, j’ai écrit qu’il valait mieux accepter la mort, pour nous concentrer sur nos projets ». Tandis que Shaïna a intégré le fameux « carpe diem qui nous aide à nous extraire momentanément du temps ».

YouTube allié incontournable des révisions

« C’est difficile de savoir si on a réussi ou pas en philo, ce n’est pas comme les maths… », confie Emmanuelle de Lescure, lycéenne en terminale Littéraire (L). Elle a choisi le commentaire d’un texte de Hegel « par élimination ». « Il n’y a pas vraiment de méthode infaillible en philo, reprend sa camarade Shaïna Arnold. J’apprends surtout les pensées des auteurs, je les classe, et ça m’aide à structurer ma pensée ».

Si le bon vieux système des fiches est toujours d’actualité « pour apprendre des citations importantes, et les définitions des différents thèmes du programme », préconise Jolan, 21e siècle oblige, les révisions passent désormais par le net, comme le reconnaît Thomas.

Il y a les vidéos sur You Tube qui nous aident pas mal

« J’ai vu toutes les vidéos d’Anti-sèches », s’exclame Lorie. « Et Cyrus North, c’est top », confirment à l’unisson les autres lycéens, et appuyés par l’arguementation de Jolan :

Ils savent parler aux jeunes, c’est court et concis, facile à comprendre, et ils donnent de bons exemples, ils vulgarisent la philo.

« Quand on se met à écrire, les idées viennent »

Si Lorie Crassous « n’était pas plus stressée que ça pour cette matière au coefficient 4 », ce n’est pas le cas de sa camarade Alexia Félix :

J’appréhendais beaucoup cette épreuve. Au début, je me suis dit que j’allais sortir au bout d’une heure, mais finalement, ça s’est bien passé.

« Finalement, quand on se met à écrire, les idées viennent », conclut, philosophe, Lorie. Les 179 candidats de terminale du lycée Jean-Jaurès et Saint-Gabriel, réunis à la cité scolaire pour l’occasions, sont déjà prêts à enchaîner avec les autres épreuves. Et se donnent déjà rendez-vous le vendredi 5 juillet pour la proclamation des résultats.

Et ici, une vidéo de Cyrus North, qui semble faire l’unanimité chez les lycéens…