Rodez. Une exposition à la mairie, pour ne pas oublier

La chorale Cambon / Foch qui chante « Ils étaient vingt et cent » de Jean Ferrat. @ADN12

Lundi 3 juin a été inaugurée, à la mairie de Rodez, l’exposition des travaux des élèves aveyronnais pour le Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD). Une exposition ouverte au public dans le hall de l’hôtel de ville, jusqu’au 14 juin.

Des élus de la mairie de Rodez, l’inspectrice d’Académie, des élèves du collège Fabre accompagnés de leurs enseignants et de leur principal, ainsi que les CM2 des écoles Foch et Cambon étaient présents à ce rendez-vous.

L

« Un devoir moral pour tous les jeunes Aveyronnais »

La coordinatrice du concours, Madame Amans Gisclard, a souligné « le travail de qualité » et a félicité tous les participants. « Il est un devoir moral pour tous les jeunes Aveyronnais d’y participer », a déclaré Christophe Lauras, principal du collège Fabre. Cet établissement a remporté huit prix cette année et attache une importance particulière aux enjeux de mémoire.

Les établissements aveyronnais y obtiennent régulièrement d’excellents résultats. Armelle Fellahi, inspectrice d’académie, a déjà mis en avant « l’implication des équipes pédagogiques des établissements aveyronnais sur les questions de mémoire et de citoyenneté ».

L

Une exposition ouverte au grand public

Pour la cinquième année consécutive, la mairie accueille les résultats des travaux des lauréats du concours. Christian Teyssèdre et Armelle Fellahi se sont félicités « que cette exposition soit accessible à l’ensemble de la population pour continuer la transmission en termes de mémoire ». Par la même occasion, cela permet de mettre en valeur tout le travail effectué par les élèves et les enseignants.

M. Lauras et les enseignants du collège Fabre.

Une exposition pour ne pas oublier

La thématique cette année était « Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945 – Espaces et histoire ». Collégiens et lycéens avaient la possibilité de participer à travers un devoir individuel ou un travail collectif.

Les silhouettes des fusillés de Sainte Radegonde, des carnets de mémoire, un puzzle de la France occupée, des portraits de femmes résistantes, des dossiers sur la propagande antisémite, des présentations multimédias sur les différentes répressions sont autant de travaux qui vous permettront de replonger les visiteurs dans cette période noire de notre histoire.

L’objectif de sensibilisation du concours est une réussite, « les Aveyronnais n’oublient pas et n’oublieront pas ces crimes ».

Un puzzle de cette France enchaînée.

Les répressions antisémites.

Les silhouettes des fusillés de Ste-Radegonde.

Les Aveyronnais n

Une chorale formée par les classes de CM2 des écoles Cambon et Foch a entonné « Ils étaient vingt et cent » de Jean Ferrat. Plus qu’une chanson, c’est un véritable cri qui refuse l’oubli. 

Curieux, passionnés d’histoire, attachés aux libertés fondamentales, à la tolérance, cette exposition est une piqûre de rappel pour ne pas oublier l’inoubliable.