Quand le département de l’Aveyron accorde des subventions à Valéry Giscard d’Estaing

Valéry Giscard d'Estaing a bénéficié de subventions du Département pour rénover le château d'Estaing qu'il a racheté en 2005. ©Renaud Camus/Flickr

L’information a été dévoilée par « Le Canard enchaîné », dans son édition du 17 avril. Le département de l’Aveyron aurait accordé plus de 100 000 € de subventions pour la rénovation du château d’Estaing, propriété de Valéry Giscard d’Estaing.

Il est le président de la République qui coûte le plus cher aux Français. 3,9 millions d’euros par an. C’est  le coût de la vie de Valéry Giscard d’Estaing (secrétariat, voitures, gardes du corps ou encore quinze gendarmes pour surveiller ses logis…). L’information a été dévoilée par Le Canard enchaîné, mercredi 17 avril.

Plus de 100 000 € de la part du Département

En plus de tous ces éléments, l’hebdomadaire satirique indique que l’ancien président de la République, en poste du  27 mai 1974 au 21 mai 1981, aurait bénéficié de plusieurs subventions pour rénover sa demeure à Estaing. Il s’agit du château qu’il a racheté en 2005. Et en douze ans, il aurait perçu plus de 100 000 euros de la part du département de l’Aveyron. Mais également 105 000 € par l’État via la a direction régionale des affaires culturelles (Drac).

Ce n’est pas tout puisqu’au sein du château, qui malgré les aides est ouvert au public pour un ticket d’entrée à 6 €, se trouve une exposition « Valéry Giscard d’Estaing, un homme au service de la France et de l’Europe ». Cette dernière aurait également bénéficié d’une subvention à hauteur de 20 000 € de la part du département de l’Aveyron.

Quand la famille Giscard achète le nom Estaing

Si on pourrait croire que le château aveyronnais appartenait à sa famille, ce n’est pas le cas. Ce monument médiéval est l’ancienne demeure d’une autre famille noble portant le même nom.

La famille Giscard a même acheté le nom Estaing. Ce sont des oncles de Valéry Giscard d’Estaing qui ont obtenu, après la Première Guerre mondiale, par un décret pris en Conseil d’État, le droit de prendre et d’accoler à Giscard, le nom Estaing. Ce patronyme faisait référence à une aïeule Lucie-Madeleine d’Estaing (1769-1844).