Saint-Affrique. La grève est levée à l’Ehpad La Miséricorde

Une grève massive, avec 67 % du personnels mobilisés, a duré quatre jours à l'Ehpad La Miséricorde à Saint-Affrique. © Le Progrès

Après 4 jours de grève massive, les salariés mobilisés de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes « La Miséricorde » à Saint-Affrique ont signé, en fin d’après-midi, un protocole d’accord avec l’association gestionnaire.

« La grève prend fin à partir de ce soir », indique Hervé Benac, agent technique et de sécurité, ce jeudi soir à 18 h 30. « Les 33 signataires ont tenu bon pour obtenir des avancées pour leur bien-être et pour le bien-être des résidents. Maintenant, il faut rester solidaires. »

Depuis lundi 18 mars, 33 personnes sur les 49 salariés de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes « La Miséricorde » étaient en grève à Saint-Affrique pour dénoncer la « mauvaise gestion humaine de la directrice » et des « dysfonctionnements dans la bonne marche » de cet Ehpad qui accueille 83 résidents (lire ici).

Roxane Rech, psychomotricienne, ajoute :

Le mouvement de grève est suspendu, mais nous avons bien indiqué que si les engagements écrits et oraux n’étaient pas tenus, le mouvement reprendrait.

« Les 33 signataires ont tenu bon pour obtenir des avancées », indique Hervé Benac, l

Du changement dans la direction

Parmi les 13 revendications portées sur la table des négociations, les représentants du personnels ont obtenu de la part de Bernard Devert, président de la Pierre angulaire (association membre du réseau Habitat et humanisme), qui gère La Miséricorde : un changement dans la direction dès lundi, la réintégration de l’infirmière coordinatrice, une formation pour deux aides médico-psychologiques, le paiement de la prime Macron, une ouverture 6 jours sur 7 de la lingerie, de la climatisation, la mise en place d’un groupe de travail… et l’élection du délégué du personnel et de son suppléant.

Les personnels mobilisés, dont 25 d’entre eux ont rejoint les rangs de la CGT, indiquent :

Lundi 25 mars, un directeur provisoire, extérieur à La Pierre angulaire, sera en place pour une période de 15 jours et pour donner un avis neutre sur la situation.

Le secrétaire départemental de la CGT David Gistau a salué la « solidarité » des personnels grévistes. © Le Progrès

« Vous avez eu le courage de relever la tête »

« Vous étiez mal considérés, maltraités, mal payés, et vous vous êtes organisés collectivement, pour que vous puissiez être respectés dans ce boulot déjà difficile, vous avez été solidaires entre vous et épaulés par l’Union locale CGT et ça paie », indique David Gistau, secrétaire départemental de la CGT. « Avant, vous n’aviez pas de représentants du personnel, vous avez eu le courage de relever la tête. Vous l’avez fait pour vous, pour vos enfants. C’est la CGT qui doit vous remercier. Beaucoup de personnes devraient prendre exemple sur vous. Partir de rien et en arriver à ce que vous avez obtenu. Soudés, rien ne peut vous arriver. »

Toute la journée, les personnels mobilisés ont reçu de nombreux soutiens de la part des passants et obtenu un total de 410 signatures sur leur pétition de « soutien au personnel de La Miséricorde qui revendique respect, arrêt du harcèlement, recrutement pérenne de personnels qualifiés, respect des plannings, conditions de travail pour le bienêtre des résidents ».

Sur ce dernier point, les grévistes ont rappelé :

Malgré le mouvement, tout le personnel est resté mobilisé auprès des résidents.