Millau. La braderie d’hiver, c’est ce week-end !

Christine Galindo, Sandrine Loubat et Christèle Wegener présentaient l'opération, ce matin, dans les locaux de l'OCA. ©adn12

La braderie d’hiver, organisée par l’Office du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales de Millau aura lieu vendredi 8 et samedi 9 février.

Il y a du changement cette année, concernant la braderie d’hiver. En effet, celle-ci ne se déroulera plus à la salle des fêtes, mais dans les boutiques de chaque commerçant participant, en centre-ville. Pour les reconnaitre, une banderole sera visible dans leurs vitrines, et ils auront ces deux jours-là le droit d’installer des tentes devant leurs boutiques. 

Le plein d’animations samedi

32 boutiques participeront à cette animation commerciale (contre seulement 16 l’année dernière), et elles seront ouvertes de 10 h à 19 h non-stop.

Samedi 9 février, des animations seront mises en place par l’Office du commerce : de 14 h à 18 h, un parcours acrobatique place de la Capelle (en partenariat avec la société Roc et Canyon), des jeux en bois seront disponibles en haut de la rue du Mandarous (avec l’entreprise « Viens Jouer »), et les désormais célèbres mascottes de Millau J’Y Gagne déambuleront dans les rues de la cité.

Pour les plus gourmands, un stand de crêpes sera installé place de la Capelle.

A 18 h 30, un lâcher de lanternes sera effectué place de la Capelle. Les bons seront à récupérer dans les magasins qui participeront à la braderie, et une lanterne sera remise en échange d’un bon.

« Ils se sont trompés de cible »

« Avec cette nouvelle formule, on espère que les gens de l’extérieur répondront présents », avoue Sandrine Loubat, une des chevilles ouvrières de l’opération.

D’autant que les commerçants de centre-ville ont, comme dans toutes les villes de France, été impactés par le mouvement des gilets jaunes depuis le 17 novembre. « Le premier samedi a été une catastrophe, assure Christèle Wegener, l’animatrice territoire de l’OCA. Les deux ou trois week-ends suivants, les commerçants ont aussi souffert, non pas à cause des gilets jaunes millavois, mais par le climat de morosité qui faisait que les gens avaient peur de consommer, peur de se déplacer… »

« Les gilets jaunes ont indirectement favorisé le commerce sur Internet et sur des sites comme Amazon. Ils se sont trompés de cibles, regrette Sandrine Loubat. Nous, nous payons nos impôts, notre TVA… ce qui sert à financer une partie de leurs revendications. »

Vendredi 8 et samedi 9 février de 10 h à 19 h non-stop, braderie dans le centre-ville de Millau.