L’occitan en Aveyron (3/8). Le conteur Yves Durand sur les planches de la Dictada Occitana

Yves Durand avec la « Dòna de pèira ».DR

Samedi 26 janvier à partir de 16 heures au Centre culturel départemental de Rodez, pendant la correction des copies de la Dictada, Yves Durand montera sur scène pour conter plusieurs « istòrias » merveilleuses en mêlant français et occitan.

Originaire de Montclar dans le Sud-Aveyron, Yves Durand s’est très vite pris de passion pour le théâtre en prenant part à des pièces en amateur dans son village. Il est remarqué alors sur scène par Bernard Cauhapé, de Martrin, parolier, homme de théâtre en occitan et dirigeant la Comedia dell’òc de Montpellier. Yves Durand y continue sa formation de comédien, et joue aussi pour le Theâtre Interregional Occitan La Rampe à Montpellier.

A partir de 1998, il s’oriente vers les contes, notamment avec l’agence Sirventés de Séverac-le-Château. Son public a pu ainsi l’apprécier dans Agach de luna, suite de plusieurs contes merveilleux autour du personnage de la lune. Dans la Dòna de pèira, il réunit, il y a quelque 4.500 ans, la Dame de Saint-Sernin, statue-menhir retrouvée dans le Sud-Aveyron et visible au musée Fenaille de Rodez, et Tor, l’enfant sauvage de l’Aveyron pour un voyage sur le chemin des pierres. Avec Tè tu ! Tè ieu ! il donne la réplique à Arnaud Cance, musicien et chanteur, sur fond de contes et chants populaires.

Monsieur Brown

Yves Durand s’investit aussi dans le doublage de films ou de dessins animés en occitan pour l’éditeur Conta’m. Ainsi en 2014, il prête sa voix au colporteur joué par Jean Yanne dans Lo hussard sus lo teit. Et en 2016, les enfants reconnaîtront la voix d’Yves Durand, excellent en Monsieur Brown dans Paddington, l’histoire de l’ours péruvien venu chercher une famille à Londres et se heurtant au scepticisme et à l’hostilité de Monsieur Brown.

Conteur en òc

Un point commun fédère tous ces spectacles : Yves Durand joue sur scène, ou sur grand écran, et conte en òc, le mêlant parfois au français pour se rendre plus accessible à tous. Cette langue, il l’a entendue, apprise, parlée dans sa famille et a eu la curiosité de la découvrir lui-même par écrit. Et armé de ces mots occitans et d’un profond attachement pour la langue, il est parti à la découverte de cette tradition orale de contes occitans à travers des rencontres, des collectages ou des textes écrits. Il y a ajouté sa part d’imaginaire personnel, son goût pour la mise à scène, sa passion pour le théâtre et son esprit créatif.

« Un fum d’istòrias per 2019 »

Et de la créativité, il en a à revendre ! L’année 2019 débute avec le spectacle Peire petit, déjà joué à Séverac et programmé à Villefranche-de-Rouergue et la Primaube au printemps. Le scénario est tiré de Petit Pierre, une pièce de la Québécoise Suzanne Lebeau et Le manège de petit Pierre, de Michel Piquemal, traduit en occitan par Sergi Carles.

Le spectacle, inspiré d’une histoire réelle, met en scène Pierre, un enfant « torçut », garçon vacher, qui va réaliser dans une ferme avec des matériaux de récupération un manège géant, sorte de cirque mécanique, et nous conte sa vie sur fond de guerre et de vie quotidienne au XXe siècle. L’étonnant manège de Pierre Avezard est à visiter à La Fabuloserie, musée d’art brut situé à Dicy dans l’Yonne. Pour le spectacle, il a été reconstitué en taille réduite.

Yves Durand participe aussi en 2019 à des résidences pour scolaires pour des projets et activités adaptés au projet des enseignants. Ainsi, il vient d’aider des élèves débutants en occitan du Gers à écrire et à illustrer des contes.

Un nouveau conte est en déjà en germe, Lo rei de las agraulas. Il prépare en ce moment le décor de ce Roi des corneilles avec la plasticienne Coline Hateau. Et rêve déjà pour ce spectacle d’une mise en scène faite de projections d’images et de théâtre d’ombres.

C’est donc dans la grande tradition des contes occitans que les amoureux de la lenga nòstra pourront patienter en entrant dans le monde fabuleux et passionnant de Yves Durand. En partageant son amour et son engagement pour la langue occitane. En attendant la remise des prix vers 17 h 30.

Samedi 26 janvier à 16 h, au Centre culturel départemenental, avenue Victor Hugo à Rodez.