Deux Aveyronnais en finale du concours des Meilleurs Artisans de France

La team de l'artisanat aveyronnais, avec au premier plan Christine Sahuet, entourée de Thibaud Zezula et Jean-Luc Cabirou. ©ADN12

Vendredi 18 janvier, la Chambre des métiers et de l’artisanat de Rodez a mis à l’honneur deux artisans aveyronnais, Jean-Luc Cabirou et Thibaud Zezula, pour leur participation à la finale du concours des Meilleurs Artisans de France.

L’artisanat représente près de 3.000 entreprises sur le territoire aveyronnais, son maillage territorial est conséquent. Aujourd’hui, seulement une commune aveyronnaise ne ne possède pas d’artisan, il s’agit d’Argnac-sur-Dordou, à la limite du Tarn et de l’Hérault.

Dans notre monde rural, l’artisan véhicule un savoir et un art de faire appréciés par la clientèle. Simone de Beauvoir parlait de l’artisanat « comme une des formes exemplaires de l’activité humaine ». Aujourd’hui, ils sont les premiers acteurs de proximité de l’équilibre économique et social de nos villes et villages.

Jean-Luc Cabirou : un défi pour couronner une carrière bien remplie

Jean-Luc Cabirou et Thibaud Zezula sont deux profils atypiques. Jean-Luc a appris les bases du travail sur le tas avec son père. Un apprentissage dur, mais efficace pour la suite de sa carrière. Il a choisi de se perfectionner en passant un brevet de maîtrise supérieur de carreleur mosaïste. Il est aujourd’hui un chef d’entreprise heureux qui a décidé de se lancer ce nouveau défi : être meilleur artisan de France pour couronner sa carrière. Il veut montrer que l’artisanat n’est pas une voie de garage, mais plutôt un aboutissement. 

Thibaud Zezula, un compagnon au service du travail bien fait

Thibaud est issu des Compagnons, il y commença une formation pour le métier de plombier chauffagiste. Il continua sur le Tour de France pour diversifier ses techniques de travail, affermir son adaptabilité et son ouverture sur l’entreprise et le monde.

L’idée de transmission chère au compagnonnage comme à Thibaud, lui a donné la vocation de formateur qu’il exerça au CFA de Strasbourg.

Actuellement, il est toujours dans le même domaine comme chef de chantier dans la SARL Durand basée à Laissac. Amoureux du travail bien fait, il en fait sa marque de fabrique. Par cette participation au concours, il veut donner envie aux jeunes de s’engager dans cette voie professionnelle et lui redonner ses lettres de noblesse.

Une épreuve de longue haleine

49 artisans ont été sélectionnés dans chacune des sept catégories pour participer à la grande finale à Paris le 1er février. Ils ont reçu l’heureuse nouvelle au début du mois de décembre avec le programme, les exigences et les tâches à accomplir.

Une épreuve de longue haleine d’une durée moyenne de sept heures qui demande des capacités de réflexions, de réactivités et physiques à toute épreuve. C’est un véritable marathon, on compte sur nos Aveyronnais pour défendre nos couleurs. Chacun à ses méthodes de travail, un décide de bachoter les épreuves, l’autre ne préfère pas se mettre de pression et mise sur son expérience et ses acquis.

Nous félicitons ces deux artisans pour cette remarquable performance de s’être hissés en finale et on espère les voir revenir, le 1er février, avec le titre tant convoité de Meilleur Artisan de France !