Espalion. 150 crèches du monde entier sous la voûte étoilée de l’église d’Alayrac

Une des crèches exposées dans l'église d'Alayrac. ©adn12

Une exposition de 150 crèches du monde entier, organisée par l’Association du Patrimoine Alayrac-Lasbinals, attire une centaine de visiteurs par jour dans le village d’Alayrac.

L’Association du Patrimoine Alayrac-Lasbinals rassemble une quinzaine de membres originaires du village et des alentours, qui ont participé à la mise en place de l’exposition pendant dix jours, début décembre. Ils se sont aussi relayés pour assurer la permanence des visites du 15 au 31 décembre.

L’exposition est ainsi reconduite depuis huit ans grâce à la disponibilité et à l’implication de ses membres. Les crèches exposées sont achetées par l’association, mais aussi prêtées par leurs propriétaires, ou fabriquées spécialement par des artistes ou certains des membres.

La crèche, une tradition de Noël chrétienne

Nom de la mangeoire où a été posé l’Enfant Jésus, la crèche est aussi par extension la représentation de la naissance de Jésus aux personnages immuables : Sainte Famille, bergers, anges, et Rois mages venus adorer le nouveau-né, mais aussi bœufs, ânes, moutons. Cette tradition de Noël est apparue en Italie au XVIe siècle sous forme de crèche vivante, puis s’est ensuite miniaturisée au XIXe siècle et donc est devenue une crèche individuelle dans de nombreuses familles.

Des crèches aux mille visages

Dans la petite église romane d’Alayrac, se côtoient des crèches des cinq continents. L’Europe est bien représentée avec des crèches bretonnes, provençales aux santons traditionnels représentant des métiers, mais aussi l’Italie, ou l’Allemagne. L’Afrique, avec des crèches sahariennes ou marocaines, et l’Asie, avec des crèches vietnamiennes ou japonaises se mêlent aux crèches américaines du Pérou, du Mexique, mais aussi du Canada avec une crèche nordique et esquimau fabriquée par une artiste québécoise, Micheline Gilson.

Diverses par leurs origines, ces crèches le sont aussi par les matériaux utilisés. On trouve des matériaux traditionnels : pierre, bois sculpté comme l’olivier, résine, carton ou porcelaine. Mais il y a plus original : végétaux, feutrine, carton puzzle, bouchons de champagne, bougie, ou même écailles de poissons. L’originalité se glisse aussi dans les formes ou les couleurs avec des crèches totalement blanches ou sous forme de livre en trois dimensions s’ouvrant sur les différents personnages et le décor de l’étable.

Redonner une nouvelle jeunesse à l’église d’Alayrac

D’entrée libre, l’exposition propose des billets de tombola, dans le but de financer la sauvegarde et la restauration de l’église d’Alayrac. Ainsi, derrière le crépi gris, et après grattage, ont été retrouvées et rénovées les peintures originelles de la voûte, son ciel d’étoiles sur fond bleu. Les statues ont retrouvé leurs dorures anciennes, redonnant un charme incomparable à l’église. Les prochains travaux envisagés seront la pose de grilles permettant un accès permanent à l’église pendant l’été, tout en protégeant des statues classées.

L’édition 2018 s’achève sur un succès

Une centaine de visiteurs en moyenne par journée, deux cents certains dimanches, le succès est incontestable pour l’édition 2018, emplissant le village de passants curieux puis émerveillés. Une exposition à retrouver à nouveau en 2019, dès le milieu décembre, pour le plaisir et la curiosité des petits et des grands.