Camarès. Les pharmaciens passent la main

Changement de propriétaires à la pharmacie de Camarès. ©ADN12

Jean-Pierre Cauquil et sa sœur Mylène Fanjaud, à la tête de l’officine, ont cédé les commandes de leur pharmacie au 1er janvier.

L’âge de la retraite est venu pour Jean-Pierre. Après des études à la faculté de pharmacie de Montpellier, la fratrie a repris en 1994, la pharmacie de leurs parents. Pour les Camarésiens, il est rassurant de savoir qu’ils auront toujours à leur disposition une pharmacie dans le village, dans une période où beaucoup de professions boudent la ruralité.

Une institution au village

Leur offre de services à la population s’est développée en 2006 avec l’aménagement de la pharmacie au 1 Avenue de St-Affrique. Jean-Pierre et Mylène auront été la quatrième génération d’une lignée de pharmaciens. Leur arrière grand-père, Antoine Cauquil avait créé la première pharmacie rue du Barry, puis ce fut autour du grand-père Théodore Cauquil de reprendre les rênes en 1920 suivi du père André, qui en 1967, a déménagé la petite officine au 9 Avenue de St-Affrique.

Le métier de pharmacien a évolué. Jean-Pierre et Mylène ont connu la fin des préparations et la révolution informatique. Aujourd’hui, on s’oriente de plus en plus dans la prévention et l’offre se spécialise avec le maintien des personnes à domicile.

La plus importante évolution qui a marqué les pharmaciens est sans nul doute la mise en place dans les années 80 du tiers payant qui a été un tournant pour la profession.

Un passage de relais

Aurélie et Marc Danti, contribuent aujourd’hui à ce que les Camarésiens ne perdent pas leur pharmacie. Originaires de Marseille, où ils ont obtenu leurs diplômes en 2009 et ont exercé dans différentes pharmacies avant de choisir de se lancer à leur compte. « Nous souhaitions nous éloigner de la ville dans un rayon de 2 à 3 h de Marseille. Notre projet s’est concrétisé avec la pharmacie de Camarès qui correspondait à nos critères. Nous recherchions un bourg avec des commerces, des services et une vie de village » confie Aurélie. La jeune maman ne cache pas que le service d’une crèche dans le village a pesé dans la balance pour l’accueil du petit Théau, âgé de 18 mois. En ce qui concerne le fonctionnement de l’officine Camarèsienne, rien ne changera.

Nous avons saisi l’opportunité de nous installer à Camarès en reprenant aussi l’unique salariée, diplômée docteur en pharmacie et riche d’une solide expérience. Les clients continueront de trouver les mêmes services et horaires d’ouverture .

La pharmacie est dorénavant entre les mains d’une nouvelle génération. Désormais, le jeune retraité a la ferme intention de continuer à s’impliquer activement dans la vie associative locale notamment au travers de son groupe de musique « Red Rambal ». D’un côté plus personnel, Mylène Fanjaud n’ayant pas encore l’âge de la retraite, assurera occasionnellement des remplacements. Tous deux, expriment leur reconnaissance d’une bonne tranche de vie passée auprès des Camarésiens dans un climat de confiance et les remercient pour leur fidélité.