Élections européennes. Debout la France lance officiellement sa campagne en Aveyron

Debout la France demande aux autres militants "de dépasser les clivages politiques".

Les électeurs sont appelés aux urnes le 29 mai 2019. Déjà, le parti de Nicolas Dupont-Aignan se lance dans la bataille et appelle à l’« union des droites ».

À l’échelle nationale, quelques personnalités politiques issues des Républicains, comme Thierry Mariani, ou du Rassemblement national, à l’image de Bernard Monot, ont déjà annoncé qu’ils soutiendront la candidature de Nicolas Dupont-Aignan aux Européennes de 2019. Localement, les militants aveyronnais de Debout la France veulent prouver qu’eux-aussi sont capables de faire l’amalgame entre ces différentes sensibilités. Ce lundi 8 octobre, autour de Fabien Lombard, secrétaire départemental, quelques-uns d’entre eux ont lancé officiellement la campagne électorale en terres aveyronnaises.

Pour Debout la France, dans le département, trois militants symbolisent cette ouverture : Anne-Marie Guilermin-Galet, ancienne membre du bureau politique du Front national, deuxième sur la liste FN, en Occitanie, lors des Régionales de 2015 ; Mathieu Lemouzy, ancien responsable des jeunes du Modem, lui aussi candidat aux Régionales, mais en 2010 ; Béatrice Crozat, présidente de l’association régionale de Amis de Nicolas Sarkozy et encartée, à la fois, chez les Républicains et auprès de Debout la France.

« Il a l’étoffe d’un chef »

Pour le secrétaire départemental, la prochaine échéance électorale est des plus importantes :

L’Europe est au cœur de nos préoccupations. Nicolas Dupont-Aignan est d’ailleurs le seul ancien présidentiable à se présenter. D’un point de vue national, l’enjeu est aussi de lutter contre la « macronisation » de la société.

Et pour Fabien Lombard, l’union des droites est déjà une réalité :

Nous avons des personnalités différentes, qui ont pesé dans leurs anciens partis, qui nous ont rejoints. Nous appelons les autres militants à en faire de même, à dépasser les clivages politiques.

Selon Anne-Marie Guilermin-Galet, le processus de ralliement à Debout la France va s’intensifier :

J’ai une dizaine d’anciens militants du Front national qui vont nous rejoindre dans l’Aveyron.

Alors, qu’est-ce qui pousse ces personnalités à rejoindre Debout la France ? Pour Béatrice Crozat, la personnalité de Nicolas Dupont-Aignan a pesé dans son choix :

Il a démontré sa capacité à réunir. Il a l’étoffe d’un chef.

Il reste un peu plus de sept mois à Debout la France pour convaincre les électeurs. Le parti, aux Européennes de 2014, a obtenu 3,9 % des suffrages.

L’entre-deux-tours oublié

Fabien Lombard a digéré l’entre-deux-tours de la dernière élection présidentielle : « J’ai coupé, c’est vrai, pendant huit ou neuf mois. Le choix de soutenir Marine Le Pen a été la bonne et la seule voie. Ce qui m’a gêné, c’est l’accord de gouvernement. Il m’a fallu du temps pour dépassionner cet épisode. Après m’être entretenu plusieurs fois, au téléphone, avec Nicolas Dupont-Aignan, j’ai décidé de garder mes fonctions. »

Soixante-dix adhérents aveyronnais

Selon le parti, Debout la France compte 70 adhérents à jour de cotisation dans le département.