Les élus aveyronnais boycottent la venue d’Emmanuel Barbe à Rodez

©_Nicolas_DUPREY

Plusieurs élus aveyronnais ont refusé de se rendre à la préfecture de Rodez où était attendu Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Ainsi, par la voie d’un communiqué, Alain Marc, sénateur de l’Aveyron, président de la Commission des routes du conseil départemental de l’Aveyron, Arnaud Viala, député de l’Aveyron, Jean-Claude Luche, sénateur de l’Aveyron et Jean-François Galliard, président du conseil départemental, ont expliqué pourquoi ils refusaient d’assister à cette réunion.

La sécurité routière est l’affaire de tous. Dans nos responsabilités respectives d’élus, nous en faisons toujours une priorité.  Et l’effort d’aménagement fourni par le Département sur plus de 6 000 km de routes de son réseau et celui des intercommunalités sur le leur devraient conduire l’État à plus de modération dans ses critiques des collectivités locales. Surtout quand on sait, en Aveyron, le peu de cas qu’il fait de la poursuite de l’aménagement de la RN 88, sur laquelle les accidents dramatiques se multiplient.

Nous refusons la méthode employée par l’État pour décider de la limitation de vitesse à 80 km/h. Elle a été prise unilatéralement et est appliquée de manière abrupte, sans tenir compte des spécificités des routes. Les territoires ruraux, pour lesquels les déplacements en voiture sont souvent les seuls possibles, sont pénalisés.

Certains d’entre nous ont déjà rencontré le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, pour lui expliquer le contexte  aveyronnais, qui est celui de beaucoup de départements français. Il n’a pas su nous écouter.

Pour toutes ces raisons, nous n’irons pas à la réunion qu’il tient aujourd’hui à Rodez.