Football. Les Rafettes n’y arrivent pas

Les Rafettes ont manqué de réussite. ©ADN12

Après trois défaites en trois matchs, les Rafettes avaient besoin de se rassurer, à domicile, face à Guingamp, ce samedi 22 septembre. Il n’en est rien, elles se sont inclinées un but à zéro.

Les matchs se suivent et se ressemblent… Les Rafettes sont en manque de confiance et de réalisme. Cet après-midi, face à Guingamp, elles n’ont pas réussi à trouver la faille. Durant la première période, les Ruthénoises ont souffert et n’ont pas réussi à inquiéter des Guingampaises qui ont profité des espaces laissés par leur adversaire.

Les Bretonnes ont ouvert le score par Palis, qui à la récupération d’un ballon, se projette vers l’avant et arme une frappe à l’entrée de la surface de réparation qui vient se loger dans la lucarne gauche de Philippe (21’). Le score aurait pu même être plus lourd. Cinq minutes après l’ouverture du score, Fourre trouve la barre transversale. Trop approximatives dans les transmissions et les enchaînements, les Rafettes rentrent au vestiaire en étant menées logiquement un but à zéro.

« Un complexe d’infériorité »

Comme souvent, elles reviennent avec de meilleures intentions en seconde période. Dès la 48e, Lemaitre est trouvée dans la surface de réparation et se fait stopper irrégulièrement. Elle se charge elle-même du penalty mais sa frappe est stoppée par la gardienne bretonne.

Les Ruthénoises ne baissent pas les bras et continuent de pousser. D’abord par Banuta, à la réception d’un corner, mais sa reprise trouve la barre transversale (56’). Puis par Noiran, entrée en jeu, qui après un bon enchainement arme une frappe qui vient, à son tour, s’écraser sur la barre guingampaise (73e).

Laetitia Philippe multiplie les parades sur les contres guingampais et permet à son équipe d’y croire encore. Mais devant le manque de réussite, les Ruthénoises se tendent et Cance est expulsée, à la 86e, pour un geste d’humeur. Le coup-franc qui suit est coupé au premier poteau par une guingampaise, mais sa tentative s’échoue sur le montant. Quatrième défaite en quatre matchs pour les protégées de Sabrina Viguier. L’entraîneuse reste positive quant à la suite de la saison :

On a toujours ce complexe d’infériorité qui fait qu’on a du mal à rentrer dans le match. En seconde période, on a toujours rivalisé avec nos adversaires. Aujourd’hui, nous sommes déçues car nous avons eu des occasions et le match aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. Les efforts que les filles fournissent à l’entraînement vont finir par payer. J’y crois.

Dimanche 30 septembre, Rodez Aveyron Football – Olympique Lyonnais, à 15 h, au stade Paul-Lignon.