Sécheresse 4/4. Quelques restrictions d’eau localisées, aucune calamité agricole

Les plages horaires concernant l'irrigation ont été ajustées dans certaines régions. Anton Croos - Art of photography

Contrairement à 2017, année où une partie du Sud-Aveyron avait été classée en calamité agricole, l’été caniculaire et sec de 2018 ne devrait pas causer de « fortes pertes » ou de « lourds déséquilibres » dans le domaine agricole. L’irrigation a notamment été encadrée dans certaines zones.

Pour ce dernier volet de notre dossier agricole sur l’été sec et chaud que le département traverse actuellement, Laurent Lefèvre, du service Biodiversité, eau et forêt de la Direction départementale des territoires (DDT), revient sur l’été 2018 :

Il y a des restrictions d’eau sur certaines activités, principalement l’irrigation, dues à des tensions sur l’utilisation de la ressource. Mais il n’y a pas de ʺreconnaissance sécheresseʺ comme en 2017.

En effet, il y a un an, une partie du Sud-Aveyron avait été classée en calamité agricole.

Même si l’été dure officiellement jusqu’au 21 septembre et qu’il n’est pas certain que la pluie continue à se faire rare, il semble que, globalement, la situation n’entraînera pas « de fortes pertes ou de lourds déséquilibres » en matière agricole.

Grâce à différents indicateurs, comme celui de la pousse de la végétation en prairie, la DDT mesure les conséquences de la chaleur et du manque de pluie. Les huit régions agricoles du département de l’Aveyron, dans ce domaine, sont toutes proches de la moyenne. Le 20 août, lors des derniers relevés, « il n’y avait pas de déficits notables. Le printemps pluvieux permet de tenir », poursuit Laurent Lefèvre.

Pour revenir aux restrictions d’eau, cette année, les premières ont été lancées le 4 août, contre le 22 juillet en 2017. Les dernières mesures ont été affinées, surtout pour l’ouest de l’Aveyron, début septembre :

Ce sont surtout des restrictions de plages horaires pour l’irrigation (de 12 h à 18 h ou 14 h à 18 h, selon les niveaux NDLR). Nous n’avons eu aucun secteur avec des interdictions totales.

D’autres activités peuvent être concernées par les restrictions, comme le kayak ou le canyoning, afin de protéger les habitats naturels.

Des pluies sont attendues, au nord de l’Aveyron, mercredi, jeudi et vendredi. Seront-elles suffisantes sur les secteurs les plus touchés, comme certaines zones de l’Aubrac ? Comme le disait Benoît Delmas, agronome : « 20 à 30 mm de pluie sont nécessaires pour relancer une prairie. »